Group photo and shots of participants at the Regional Round-table

Contexte

En septembre 2018, MIEUX a convié une vingtaine de partenaires au Table Ronde de partage régionale en Afrique centrale, orientale et australe ; le troisième de la série inaugurée à Bangkok en mars et poursuivie à Mexico en juillet 2018. L’événement a été organisé en collaboration avec les Services de l’immigration kenyans et a rassemblé des représentants de la République centrafricaine, du COMESA, de la République démocratique du Congo, de la GIZ, du Kenya, de Madagascar, du Malawi, de Maurice et du Rwanda. 

Ces ateliers, imaginés dans le cadre de la série d’événements célébrant 10 ans d’interventions MIEUX, sont pour les bénéficiaires l’occasion d’échanger les expériences et bonnes pratiques mutuelles tirées des actions MIEUX. L’axe thématique de chaque atelier varie en fonction des  grands thèmes des actions MIEUX dans la région et, dans le cas de l’Afrique de l’Est, centrale et du Sud, a conduit les plus de 20 délégués des pays bénéficiaires réunis à Nairobi à réfléchir aux réalisations, aux bonnes pratiques et aux résultats des initiatives menées depuis 2009 dans les domaines de la collecte des données, de l’engagement de la diaspora et de l’élaboration de politiques migratoires.

Quelles conclusions ?

Tendances régionales

Les tendances régionales qui ressortent de la réflexion collective sont : la confiance manifeste en l’effet moteur des politiques d’engagement de la diaspora sur le développement et la croissance économique ; le rôle clé des données sur les migrations et le manque de systèmes de collecte, de traitement et de sauvegarde professionnels ; le glissement des flux de migration de travail de l’Europe vers le Moyen-Orient sous l’effet des initiatives étatiques visant à créer et/ou mettre en œuvre des protocoles de libre circulation panrégionaux pour stimuler la mobilité intrarégionale ; la prise de conscience de la nécessité d’adapter voire de procéder à une refonte complète d’un certain nombre de textes de loi et de politiques publiques et, en premier lieu, de formuler des politiques migratoires nationales globales porteuses d’une vision générale conforme aux plans nationaux de développement et corroborée par des mécanismes, organes ou agences de coordination nationale.

Invités à livrer un aperçu de leurs priorités à court terme au niveau institutionnel, national et régional, les délégués ont épinglé la gestion des données, l’engagement de la diaspora, la coordination interinstitutionnelle et le partage d’informations comme les principaux axes de travail futur.

Exemples de bonnes pratiques et résultats

Tous les participants se sont dit très satisfaits des interventions MIEUX et ont invariablement désigné l’échange de connaissances entre experts UE et non-UE comme LE point fort du programme. Ils ont aussi qualifié le partage des bonnes pratiques d’extrêmement bénéfique pour induire le « changement des mentalités », indispensable à un véritable investissement politique du gouvernement dans la mise en œuvre des recommandations et des solutions trouvées. Vous trouverez ci-dessous quelques-uns des exemples fournis par les participants. Il vous suffira de cliquer sur les liens pour obtenir des informations sur les actions concernées.

COLLECTE DES DONNÉES

Au Kenya, le "National Migration Coordination Mechanism" réunit l’ensemble des agences compétentes dans le domaine des migrations de sorte que tous les intervenants puissent disposer de toutes les informations utiles et agir dans le cadre d’une stratégie et d’un plan d’action concertés. L’action MIEUX sur la collecte des données en cours a permis d’améliorer le partage des données entre les ministères, diminuant du même coup les coûts administratifs et de production. Encouragées par ce résultat, les autorités kenyanes ont entrepris la rédaction de procédures d’opération normalisées (SOP) pour la collecte et le partage des données entre les acteurs de la migration et s’apprêtent à ajouter une série de questions en rapport avec la migration dans le prochain recensement de 2019.

Au niveau régional, le COMESA avait sollicité un appui pour la révision des méthodes de collecte de données et des systèmes de partage d’informations entre ses États membres. L'action MIEUX lui a permis de se concerter avec divers intervenants et d’entamer une collaboration avec les ministères d’autres pays africains dans le domaine de la collecte et de la gestion des données. Globalement, le COMESA a surtout fait part de sa prise de conscience, grâce à l’Action, de l’importance des données dans le travail d’élaboration de politiques éclairées et la gestion efficace des migrations. En conséquence, le COMESA mobilise des ressources pour renforcer sa base de données et son système de partage d’informations actuels.

ENGAGEMENT DE LA DIASPORA

Au Malawi, l’action MIEUX qui accompagne la formulation de la politique nationale d’engagement de la diaspora et son plan d’action contribue à rassembler l’ensemble des acteurs clés de la migration. L’Action a ainsi permis une sensibilisation accrue sur les effets des migrations. La Diaspora Affairs Unit a désormais une approche concertée de l’engagement à des fins de migration et développement et a pu intégrer les enseignements dans sa planification stratégique, ses programmes de travail et ses forums consultatifs.

ÉLABORATION DE POLITIQUES

À Maurice, l’action MIEUX qui a aidé à la rédaction de la politique nationale actuelle sur la migration et le développement a été qualifiée de « révélation » car elle a permis l’identification des opportunités liées à la migration. Le transfert de connaissances a « armé » l’administration en renforçant le rôle du Comité national de pilotage sur la migration créé en 2015, en insufflant un regain d’unité entre les différents ministères et en améliorant la connaissance des questions en lien avec la migration et de l’impact de celle-ci sur le développement socio-économique.

Et la suite ?

Le quatrième et dernier atelier régional se tiendra début octobre à Cotonou, Bénin, et aura pour thèmes centraux l’élaboration de politiques migratoires et le renforcement des capacités. Les résultats des différents ateliers régionaux seront les pierres angulaires d’une nouvelle édition du catalogue de bonnes pratiques MIEUX qui sera publié début 2019.

Plus d’informations sur les activités célébrant les 10 ans de MIEUX

Plus d’informations sur les autres ateliers régionaux

 

S'abonner au bulletin d'information