globe terrestre

Depuis 2009, le programme a entamé des phases successives, chacune marquée par une innovation.

  • MIEUX I (2009 - 2011) a commencé comme un projet pilote se concentrant exclusivement sur le développement des capacités sur le sujet de la migration irrégulière et de la traite des êtres humains.
  • MIEUX II (2012 - 2015) a élargi la portée du programme pour couvrir davantage de sujets, notamment la protection internationale et l'asile, la migration légale, la migration et le développement, ainsi que des sujets transversaux qui ont été regroupés sous le nom d'interventions horizontales.
  • MIEUX III (2016 - avril 2019) a intégré de nouveaux acteurs en tant qu'organisations éligibles pour demander une aide au renforcement des capacités, notamment les autorités locales, les assemblées parlementaires et la société civile lorsqu'elle est associée à des institutions gouvernementales.

Pour mettre le « plus » dans MIEUX pour la nouvelle phase, qui débutera en avril 2020, il a fallu se plonger dans son portefeuille de plus de 100 projets (Actions) pour en extraire les leçons apprises, les pratiques et l'expertise afin de déterminer ce qui a fait le succès de MIEUX au fil des ans. Des consultations avec les autorités partenaires ont eu lieu en 2018 ; les partenaires ont fourni des contributions qui ont alimenté la conception de la nouvelle phase et se sont matérialisées par deux nouveaux types de projets qui se concentreraient sur une approche holistique du développement des capacités et sur des « partenariats régionaux de développement des capacités ».

Après avoir décrit notre concept derrière l'approche holistique du renforcement des capacités dans la première partie de la semaine dernière, je vais aujourd'hui décrire le concept derrière ces derniers.

Qu'entendons-nous par partenariats régionaux de renforcement des capacités ?

La coopération régionale en matière de migration n'est pas une caractéristique nouvelle de la gouvernance mondiale des migrations. Dans le cas de MIEUX, tout au long de plus de 12 ans de mise en œuvre, nous avons observé qu'en plus d'apprendre des pratiques européennes, les partenaires sont désireux d'apprendre de leurs voisins et de collaborer au niveau sous-régional et régional sur les défis communs en matière de migration et de mobilité.

Lors des tables rondes régionales de partage des connaissances de 2018, les partenaires ont demandé plus de collaboration régionale par le biais d'échanges de pratiques et d'enseignements tirés des Actions MIEUX précédentes et en cours.

Nous avons remarqué que dans toutes les régions, les institutions avec lesquelles nous avons travaillé considéraient certains pays comme des leaders dans certains domaines de la gouvernance et de la gestion des migrations. Les pratiques, politiques et plans mis en place par ces pays inspirent les pays voisins et les incitent à demander leur adaptation dans leurs contextes nationaux.

Dans cet esprit, l'équipe MIEUX a conceptualisé un nouveau type d'Action qui pourrait être demandé pour la nouvelle phase baptisée « partenariats régionaux de développement des capacités ».

Ce nouveau type d'Actions devrait permettre de créer une plus grande convergence dans la région, d'accroître la collaboration, de développer une approche commune des questions existantes ou émergentes et de conduire à l'adaptation et à la reproduction des pratiques (innovantes) qui ont été couronnées de succès dans un contexte donné.

En pratique, comment cela fonctionne-t-il ? Nouvelle Action en cours de préparation

Nous allons lancer une nouvelle Action avec l'Azerbaïdjan, la Géorgie, la Moldavie et l'Ukraine, les quatre États membres de l'Organisation pour la démocratie et le développement économique - GUAM. Ces pays ont tous des taux d'émigration élevés et les transferts de fonds représentent une part importante du produit intérieur brut.

De nombreux citoyens du GUAM émigrent en Europe, la Pologne, l'Italie, l'Allemagne et la République tchèque étant les principaux pays de destination. Suite à l'introduction des restrictions COVID-19 par les États membres de l'UE et les pays partenaires en mars 2020, les citoyens du GUAM se sont retrouvés bloqués dans les pays de destination, beaucoup d'entre eux dans des situations vulnérables. La réduction des possibilités d'emploi dans l'UE, en Russie et aux États-Unis a entraîné une augmentation des retours de migrants et une diminution des envois de fonds personnels vers les États membres du GUAM en un laps de temps très court.

En outre, la perturbation des programmes de migration saisonnière, ainsi que la détérioration de la sécurité et de l'aide humanitaire dans les territoires contestés de la région ont exacerbé les effets négatifs de l'épidémie de COVID-19 dans les États membres du GUAM.

L'expérience de la Géorgie en matière d'assistance consulaire


Une préparation adéquate à la crise et des mesures préventives précoces de la part du ministère géorgien des Affaires étrangères, des départements consulaires et des missions diplomatiques ont joué un rôle crucial pour garantir une assistance efficace aux ressortissants géorgiens et atténuer les conséquences négatives découlant des restrictions de la mobilité nationale. En conséquence, le personnel consulaire en poste à l'étranger était prêt à agir en tant que premier intervenant et à aider ses citoyens : environ 22 800 citoyens géorgiens, avec un accent particulier sur les groupes vulnérables, ont été rapatriés dans un court laps de temps.

Pour mettre en place ces mesures avec succès, le gouvernement géorgien avait précédemment bénéficié du soutien de l'ICMPD dans le cadre de la composante de développement des capacités de l'initiative "Migrants dans les pays en crise" (lien en anglais). Ensemble, ils ont développé des politiques, des mécanismes de coordination et un programme de formation dédié à la gestion des crises consulaires. Ces pratiques réussies, et la manière de les mettre en pratique, serviront de modèle d'inspiration pour les autres États membres du GUAM.

La nouvelle Action évaluera les politiques et pratiques de gestion de crise consulaire pour protéger les ressortissants à l'étranger et produira des recommandations d'action pour mieux répondre aux futures urgences sanitaires dans le quatre États membres du GUAM. Les institutions concernées (principalement les ministères des affaires étrangères) mettront ensuite à jour les politiques, pratiques et matériels de formation pertinents en incluant les urgences sanitaires, y compris un programme et un manuel de formation révisés pour les diplomates et le personnel consulaire.

Ces mesures, mécanismes et matériels concrets s'appuieront sur les mécanismes de coordination existants pour les affaires consulaires afin d'améliorer la coopération consulaire et les réponses d'urgence lors des situations de crise. Le travail conjoint des quatre pays contribuera également à une plus grande coordination inter-agences et inter-États avec le Secrétariat du GUAM, garant de la durabilité des résultats.

Prochaines étapes

Le succès de ces projets nécessitera une collaboration et un engagement continus de la part des pays partenaires pour assurer la coordination à tous les niveaux.


De nouvelles actions de ce type sont en préparation dans les régions où nous opérons et nous informerons dûment nos publics par le biais du site web, de la newsletter et des canaux de médias sociaux. Restez à l'écoute pour d'autres mises à jour !


Articles liés