MIEUX+ a été lancé en avril 2020 avec un certain nombre d'innovations clés qui trouvent leur origine dans les commentaires de nos partenaires. Laura Zorrilla Fernandez, Spécialiste de la gestion des connaissances, décrit comment ces commentaires ont été intégrés dans la conception de la nouvelle phase. Partie 1 de 2 dans « Mettre le « plus » dans MIEUX ».

Mettre le « plus » dans MIEUX

Depuis 2009, le programme a entamé des phases successives, chacune marquée par une innovation.

  • MIEUX I (2009 - 2011) a débuté comme un projet pilote se concentrant exclusivement sur le développement des capacités en matière de migration irrégulière et de traite des êtres humains.
  • MIEUX II (2012 - 2015) a élargi la portée du programme pour couvrir davantage de sujets, notamment la protection internationale et l'asile, la migration légale, la migration et le développement, ainsi que des sujets transversaux qui ont été regroupés sous le nom d'interventions horizontales.
  • MIEUX III (2016 - avril 2019) a intégré de nouveaux acteurs en tant qu'organisations éligibles pour demander une aide au renforcement des capacités, notamment les autorités locales, les assemblées parlementaires et la société civile lorsqu'elle est associée à des institutions gouvernementales.

Pour mettre le "plus" dans MIEUX pour la nouvelle phase, qui débutera en avril 2020, il a fallu se plonger dans son portefeuille de plus de 100 projets (Actions) pour en extraire les leçons apprises, les pratiques et l'expertise afin de déterminer ce qui a fait le succès de MIEUX au fil des ans. Des consultations avec les autorités partenaires ont eu lieu en 2018 ; les partenaires ont fourni des contributions qui ont alimenté la conception de la nouvelle phase et se sont matérialisées par deux nouveaux types de projets qui se concentreraient sur une approche holistique du développement des capacités et sur les partenariats régionaux de développement des capacités. Pour cette première partie, je décrirai notre nouveau type d'Actions axées sur le renforcement holistique des capacités.

Qu'entendons-nous par « développement holistique des capacités » ?

Avec les multiples donateurs et institutions internationales qui assurent le développement des capacités en matière de migration, les institutions bénéficiaires éprouvent le besoin de rationaliser les multiples apports de différents programmes, de les intégrer dans un programme de formation cohérent pour leur personnel et de maintenir les compétences nouvellement acquises afin de conserver les connaissances. De même, les programmes et les institutions qui accompagnent ce processus de renforcement des capacités doivent aller au-delà de la simple offre de formation pour mettre en place des processus durables pour les bénéficiaires.

À l'inverse, l'une des principales idées véhiculées par les partenaires MIEUX lors des tables rondes et des consultations de 2018 était la nécessité d'inscrire les interventions de renforcement des capacités dans le contexte plus large de leur progression de carrière individuelle et du développement institutionnel.

Dans le cadre de MIEUX+, l'objectif est de réunir un certain nombre d'acteurs responsables de la gouvernance et de la gestion des migrations ainsi que du renforcement des capacités. Cette typologie d'actions, qui s'ajoutera aux actions "classiques", nécessitera une préparation et une mise en œuvre différentes, avec une plus grande coordination requise entre les différents acteurs à différents moments du cycle de mise en œuvre afin d'obtenir des résultats tangibles au niveau institutionnel.

Les institutions de développement des capacités (académies diplomatiques, centres de formation officiels et écoles d'administration publique) dans les pays partenaires avec lesquels nous travaillerons seront renforcées en tant qu'acteurs clés du cycle de mise en œuvre.

Les nouvelles actions présenteront un bon degré de durabilité institutionnelle, en raison du rôle directeur joué par les bénéficiaires et des niveaux élevés d'appropriation locale. En outre, elles soutiendront l'incorporation des résultats dans les cadres politiques et institutionnels existants dans les pays partenaires.

Cette approche s'inspire de 12 années de mise en œuvre et des trois niveaux du modèle de développement des capacités décrit par l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) - individuel, institutionnel et environnement favorable.

Le premier consiste à accroître les compétences et les aptitudes des individus ; le deuxième se concentre sur l'augmentation de la capacité des organisations à remplir leur mandat ; et le troisième implique des améliorations dans les politiques, la législation, les réglementations, les institutions du marché du travail et les systèmes sociétaux.

Comment allons-nous aborder les trois niveaux ?

Au niveau de l'environnement favorable, MIEUX+ travaillera avec les mécanismes de coordination interdépartementaux existants afin d'assurer le transfert des résultats finaux au sein des institutions et des structures, et de recevoir l'adhésion nécessaire pour appliquer une approche globale du renforcement des capacités.

Au niveau organisationnel, l'implication de la direction des institutions, des départements de ressources humaines, des unités de formation et des départements thématiques sera nécessaire pour mettre en place un processus transversal et bénéfique aux différentes entités de l'institution partenaire. De plus, la certification du personnel nécessitera une coordination, par exemple, entre les départements des ressources humaines et de la formation, ainsi que leur pleine implication dans le processus.

Au niveau individuel, les fonctionnaires qui suivront l'ensemble de l'action seront certifiés en tant que formateurs (ou experts) à part entière. Cette approche sera abordée en profondeur avec les niveaux habilitants et institutionnels (direction, structures inter-agences, départements des ressources humaines, unités de formation, etc.) afin de garantir l'implication des fonctionnaires désignés.

Prochaines étapes

Le succès de ces projets nécessitera une collaboration et un engagement continus de la part des pays partenaires pour assurer la coordination à tous les niveaux. De nouvelles actions de ce type sont en préparation et nous informerons dûment nos publics par le biais du site web, de la newsletter et des canaux de médias sociaux.

Lisez ici la deuxième partie de « Mettre le « plus » dans MIEUX », où je décris notre réflexion sur les partenariats régionaux de développement des capacités dans MIEUX+.


Articles liés