Lancé en 2021, le projet en cours avec le Kazakhstan a franchi une étape importante ce mois-ci. Avec nos partenaires du gouvernement kazakh et des organisations de la société civile, nous avons organisé un atelier pour les aider à renforcer leurs capacités et à développer des outils de communication pour leurs futures campagnes d'information destinées aux familles migrantes avec enfants.

Le Kazakhstan est un pays d'origine, de destination et de transit pour de nombreux migrant.es en Asie centrale. C'est la deuxième fois que nous travaillons avec des partenaires kazakhs (en savoir plus sur le projet Kazakhstan I), et pour ce projet nous rassemblons des responsables gouvernementaux et des organisations de la société civile afin qu’ils collaborent ensemble vers un objectif commun : informer les familles migrantes avec enfants sur leurs droits.

Selon la Banque mondiale (2021), le Kazakhstan est le pays d’Asie centrale qui accueille le plus grand nombre de migrant.es sur son territoire, juste après la Russie et l'Ukraine. De nombreux travailleurs.ses migrant.es de la région, venant du Tadjikistan et d'Ouzbékistan, se rendent au Kazakhstan pour travailler dans les zones urbaines et rurales. Dans le cadre du régime migratoire actuel, il n'est pas obligatoire d'enregistrer les enfants de moins de sept ans auprès des autorités migratoires, ce qui rend le travail des ONG qui soutiennent directement les migrant.es d’autant plus difficile. Le manque de données sur le nombre d'enfants migrants dans le pays a rendu le travail de nos partenaires complexe, particulièrement lorsqu'il s'agit de s’adresser aux familles de migrant.es dont les enfants ne sont pas scolarisé.es et sont vulnérables à l'exploitation du travail.

Amélioration des compétences et les outils en matière de communication

Pendant ces derniers mois, nous avons organisé des sessions d'échange de connaissances entre des expert.es de l'UE et des partenaires kazakhs, issus d'organismes gouvernementaux et d'ONG, afin de discuter et de partager des pratiques sur 1) les statistiques migratoires, 2) la régularisation des migrant.es et 3) le rôle des campagnes de communication. En parallèle, un expert du bureau du médiateur grec ainsi qu'un expert en communication kazakh ont travaillé sur deux produits principaux qui visent à améliorer les connaissances et les compétences de nos partenaires et les aideront à développer leurs propres campagnes et produits de communications à moyen et long terme. 

Un manuel de communication a premièrement été élaboré. Il contient les grands principes de la conception, de la mise en œuvre et du suivi et de l'évaluation d'une campagne. Deuxièmement, un plan sur mesures ciblant les familles migrantes avec enfants a été conceptualisé avec nos partenaires. Ces deux documents ont formé la base de la mission organisée au mois d'octobre 2022.

Mission accomplie sur la façon de mettre en œuvre une campagne

Suite aux réunions bilatérales et aux consultations avec les partenaires et à l'élaboration de lignes directrices pratiques sur la manière de concevoir des campagnes de communication, nous avons organisé un atelier à Astana pour renforcer les capacités des partenaires en matière de communication et les inviter à rédiger leur propre plan préliminaire de campagne d'information ciblant les familles migrantes avec enfants.

L'atelier de trois jours a débuté par les remarques d'ouverture d'un représentant du Commissaire aux droits de l'homme au Kazakhstan, suivies par la délégation de l'UE et l'équipe MIEUX+. Comme affirmé par Youri Skaskevitch, Attaché à la Délégation de l'UE au Kazakhstan : "Nous sommes heureux de collaborer avec MIEUX+ et ICMPD, le Bureau du Médiateur du Kazakhstan et l'ONG Rodnik sur ce projet. Je suis ravi de travailler avec une équipe aussi formidable et de donner le coup d'envoi de cet atelier qui aidera les partenaires à concevoir, mettre en œuvre et suivre des campagnes de communication. Ayant moi-même une formation en communication, je comprends l'importance de ces compétences lorsque l'on travaille avec des migrants, en particulier des familles migrantes avec des enfants. J'espère que la campagne d'information que vous concevrez au cours des trois prochains jours permettra non seulement de sensibiliser les gens, mais aussi de contribuer à des actions permettant aux familles migrantes avec des enfants de comprendre leurs droits au Kazakhstan."

Des participant.es de différents ministères tels que le travail, l'éducation et l’agence nationale des statistiques ont également été convié.es à participer à l'atelier. Tout au long des trois jours, les participant.es ont pu en apprendre davantage sur 1) les grands principes des campagnes de communication, 2) les personas, ou types d'utilisateurs.trices, 3) le suivi et l'évaluation des canaux de communication, entre autres thématiques traitées. 

L'événement a été modéré par un expert du bureau du médiateur grec et un expert en communication kazakh qui ont animé des sessions pratiques au cours desquelles les participant.es devaient notamment affiner et créer des persona, ou types du public ciblé, rédiger des messages et identifier des canaux de communication. À la fin de l'atelier, chaque organisation a rédigé sa propre campagne d'information, permettant aux participant.es d'apprendre, d'échanger et de construire leurs propres outils pour informer les familles migrantes avec enfants sur leurs droits.

Les prochaines étapes

Des espaces de discussion ont également été créés vers la fin de l'atelier pour permettre aux participant.es de définir les prochaines étapes à court-terme, d'identifier les outils de suivi pour leurs futures campagnes et de discuter des thématiques à inclure dans ce projet ou à explorer davantage pour l'avenir, comme la collaboration avec les associations des pays d'origine et les ambassades.

En gardant comme priorité l'approche « Team Europe », nous allons travailler au développement du matériel de communication pour soutenir la campagne de communication, en collaboration avec les deux experts grecs et kazakhs. Les partenaires ont été chargé.es de finaliser le plan qu'ils ont rédigé au cours de l'atelier et de le présenter lors d'une réunion en ligne qui sera organisée au début de 2023.

 

Articles liés

Action en lumière : Sensibilisation aux droits des enfants migrants au Kazakhstan

Élaboration d'outils de communication pour aborder des phénomènes de migration