Pour notre projet au Kazakhstan, plus de 10 États membres de l'UE ont partagé leurs pratiques sur le thème des familles migrantes avec enfants. Le développement d'outils de communication est en cours et aidera nos partenaires à fournir une meilleure protection aux familles migrantes avec enfants.

Contexte

Le Kazakhstan est un pays d'origine, de destination et de transit pour de nombreuses personnes migrantes en Asie centrale. Selon la Banque mondiale (2021), dans la région post-soviétique, le Kazakhstan se classe au troisième rang pour le nombre de personnes migrantes accueillies après la Russie et l'Ukraine, attirant près de quatre millions de personnes, principalement originaires des pays d'Asie centrale et du Caucase du Sud en raison de la demande croissante de main-d'œuvre hautement qualifiée dans l'industrie, le commerce et l'éducation, et de main-d'œuvre peu qualifiée dans l'agriculture et la construction.

Malgré une simplification des procédures d'enregistrement en 2016, de nombreux travailleurs migrants finissent toujours par travailler de manière irrégulière, car de nombreux travailleurs migrants originaires des pays d'Asie centrale entrent au Kazakhstan dans le cadre d'un régime d'exemption de visa qui leur permettait de rester légalement pendant 90 jours. Dans le cadre de ce régime, il n'était pas obligatoire d'enregistrer les enfants de moins de 7 ans auprès des autorités migratoires, ce qui a entraîné un manque de données sur le nombre d'enfants migrants dans le pays, l'absence de scolarisation formelle ou la vulnérabilité à l'exploitation du travail. Cette tendance s'est exacerbée avec la pandémie, car de nombreux personnes migrantes ont tenté de rejoindre et de s'installer dans la ville et la province d'Almaty en utilisant des voies irrégulières.

Demande de soutien

Les autorités migratoires et les organisations de la société civile ont tenu un certain nombre de réunions de coordination pour répondre aux besoins des familles avec enfants pendant la pandémie et ont démontré leur volonté de continuer à renforcer la coopération interinstitutionnelle sur cette question. C'est dans ce contexte que le Commissaire aux droits de l'homme de la République du Kazakhstan et l'ONG Centre de réhabilitation et d'adaptation sociale et psychologique pour les femmes et les enfants « Rodnik » ont demandé notre soutien pour renforcer les capacités de ces parties prenantes à protéger les droits des familles migrantes avec enfants à Almaty et dans la région d'Almaty.

Une série d'activités a été conçue pour offrir des formations ainsi que pour présenter des pratiques et des recommandations qui seront rassemblées dans un manuel sur les campagnes d'information ciblant les familles migrantes avec enfants. Les pratiques de dix pays d'Europe ont été partagées lors de plusieurs sessions d'échange de connaissances au printemps 2022 afin d'inspirer les parties prenantes kazakhes dans leurs propres efforts. Dans les mois à venir, des ateliers pratiques permettront aux partenaires d'acquérir de nouvelles compétences pour développer de nouvelles campagnes de communication et renforcer la collaboration entre toutes les parties.

Lors d'un entretien à mi-parcours avec les partenaires de l'ONG Rodnik, ceux-ci ont déclaré avoir appris de nouvelles informations sur les pays européens grâce aux sessions d'échange de connaissances. Ils vont maintenant chercher à appliquer ces leçons apprises, tout en permettant aux expert(e)s d'adapter leurs recommandations en fonction du contexte local.

En guise d'évaluation générale de l'Action, Anna Melenchuk, Chargée de projet associée MIEUX+ en charge de cette action a déclaré : « L'Action offre des outils et des solutions pratiques aux partenaires au Kazakhstan sur la façon de soutenir efficacement les familles migrantes avec enfants. Nos partenaires au Kazakhstan ont échangé avec leurs homologues de l'Union européenne, ont renforcé la coordination interinstitutionnelle sur les enfants et la migration au niveau local et national et travaillent maintenant sur une campagne d'information pour informer les familles migrantes avec enfants de leurs droits au Kazakhstan. Tous ces efforts conduiront certainement à une meilleure protection des familles migrantes avec enfants dans la ville d'Almaty, la région d'Almaty et dans tout le Kazakhstan. »

Téléchargez la fiche d'information pour découvrir les pratiques européennes :

  • Statistiques sur la migration (disponible en anglais et en russe)
  • Régularisation des familles migrantes avec enfants (disponible en anglais et en russe)

Aller au-delà de l'Action

Le partenaire a également indiqué qu'il partageait déjà les recommandations du rapport avec ses partenaires d'Asie centrale et qu'il était disposé à publier des informations sur son site web et ses canaux de médias sociaux pour une diffusion plus large. Ils discutent également avec leurs partenaires de la manière dont certains des enseignements tirés des sessions d'échange de connaissances pourraient être appliqués au Kazakhstan. De plus, ils ont remarqué que cette Action leur a permis de renforcer les relations avec leurs partenaires d'Asie centrale et de l'UE et de trouver de nouvelles idées pour une collaboration future avec eux au-delà de MIEUX+.

Il est prévu qu'après avoir piloté la campagne d'information au niveau local, les autorités partenaires organisent la campagne aux niveaux local et national. Afin d'aider les partenaires dans leurs efforts, un plan de communication est en cours d'élaboration par les experts MIEUX+ sélectionnés pour cette action et sera présenté avant la fin de l'action aux principales parties prenantes. L'Action est également conforme aux objectifs 3-7, 9, 10, 18, 22 et 23 du Pacte Mondial sur les migrations (PCM).


Notre expérience dans la protection des droits des enfants dans la migration

Notre expérience sur ce sujet a été forgée à travers plusieurs actions principalement dans la région de l'Amérique latine et des Caraïbes. Ce sujet est souvent transversal et les enfants dans la migration font souvent partie d'un des multiples groupes cibles en tant que bénéficiaires des Actions. C'est au Brésil que nous avons eu une Action ciblant spécifiquement les enfants, durant l'année 2018-19 d'importants flux de migrants originaires principalement du Venezuela soutiennent le Bureau du Défenseur public du Brésil en formant 80 fonctionnaires aux techniques d'entretien pour les personnes demandand de protection internationale, en particulier les enfants.