Cet article est la troisième partie d'une série de trois articles publiés entre août et octobre 2021. En s'inspirant des expériences partagées dans le cadre de la nouvelle action Costa Rica IV, nous analysons comment les administrations publiques d'Europe et d'Amérique latine et des Caraïbes ont adapté leur travail pour répondre aux nouveaux besoins engendrés par les crises, notamment la pandémie de COVID-19.

Un nouveau protocole d'assistance pour le Costa Rica


Tant en Europe qu'en Amérique latine et dans les Caraïbes, les flux migratoires mixtes ont posé des problèmes aux autorités d'accueil. Les administrations publiques et les acteurs de la société civile ont dû créer de nouvelles pratiques et collaborer plus étroitement que jamais pour apporter assistance et protection aux populations migrantes vulnérables. Dans un scénario normal, c'est déjà un défi, mais la pandémie de COVID-19 a ajouté une nouvelle couche de complexité pour la gouvernance et la gestion des migrations, en raison des restrictions sur les mouvements transfrontaliers, du besoin de rapatriement, de l'accès aux soins de santé ou du chômage soudain, pour n'en citer que quelques-uns.

Après la déclaration de l'état d'urgence national le 24 mars 2020, seuls les Costariciens et les étrangers ayant un statut migratoire régulier et ceux qui avaient quitté le pays avant cette date pouvaient entrer sur le territoire national. Cette nouvelle situation a affecté les migrants qui étaient en transit au Costa Rica, en particulier les citoyens nicaraguayens, le groupe le plus important par nationalité parmi la population migrante du Costa Rica.

Cherchant à répondre à ces questions pressantes, la Direction générale de la migration et des étrangers sous l'égide du Ministère de la gouvernance et de la police et le Ministère de la santé du Costa Rica ont demandé le soutien de MIEUX+ pour renforcer leurs capacités à aider les migrants.

L'une des composantes de l'action Costa Rica IV est de développer un protocole qui facilitera l'assistance aux demandeurs d'asile et aux personnes migrantes entrant ou transitant dans le pays dans des conditions vulnérables en cas d'urgence, que celle-ci soit due à une crise sanitaire comme la pandémie de COVID-19 ou qu'elle soit causée par l'arrivée de grands flux migratoires mixtes. Plus important encore, le protocole visera à renforcer la coopération entre la DGME et les agences gouvernementales qui aident les personnes migrantes dans tous les types d'urgence.

Échange entre pairs sur la gestion des migrations pendant la pandémie de COVID-19


Afin de rédiger un protocole bien informé, l'activité 2 de l'action Costa Rica IV a organisé une série d'événements d'échange de connaissances au cours de l'été 2021 avec des pairs issus d'administrations publiques d'Europe et d'autres pays d'Amérique latine et des Caraïbes.

Dans le premier article de cette série, nous avons décrit plusieurs leçons apprises et pratiques partagées par les gouvernements de la Grèce, du Mexique et du Pérou et l'autorité locale de Lampedusa et Linosa en Italie en termes de gestion des crises migratoires.

Le deuxième article de la série s'est concentré sur les administrations publiques de Norvège, du Portugal, de Slovaquie et d'Espagne, ainsi que sur le Service européen d'action extérieure (SEAE) et sur la manière dont ils ont adapté leurs pratiques à un "scénario de crise" complètement différent, la pandémie de COVID-19.

Le troisième et dernier article de la série met en lumière les pratiques partagées lors du dernier webinaire "Mécanismes de coordination pour la préparation et la gestion des urgences migratoires pendant la pandémie" par des agences gouvernementales au Brésil et en Belgique.

Comme l'explique le Bureau des Nations unies pour la coordination des affaires humanitaires (UNOCHA), la coordination de la réponse humanitaire est nécessaire pour étendre la portée de l'action humanitaire, améliorer la hiérarchisation des priorités et réduire les doublons, en veillant à ce que l'assistance et la protection atteignent les personnes qui en ont le plus besoin. En ce sens, la coordination inter-agences et les mécanismes de coordination interne, dans tout type de contingence, sont le moteur de réponses gouvernementales appropriées.

Pratiques du Brésil : Operacion Acogida


Operação Acolhida, une initiative d'accueil et de relocalisation à grande échelle mise en place par le gouvernement fédéral brésilien pour aider à l'arrivée d'un grand nombre de migrants vénézuéliens en 2018, est citée comme une bonne pratique parmi les pays d'ALC. En appliquant une approche pangouvernementale, elle a créé un cadre pour divers ministères, administrations et organismes publics afin d'apporter une solution commune aux défis complexes à relever.

Après la révision de la loi existante qui régissait l'assistance aux personnes dans le besoin et la déclaration de l'état de crise, le gouvernement fédéral a pu assumer de nouvelles responsabilités sans dépasser ses pouvoirs. Il a créé le Comité fédéral d'aide d'urgence, placé sous la tutelle du ministère de la Présidence, comme principal mécanisme de coordination. Il implique huit ministères (défense, citoyenneté, justice, santé, éducation, affaires étrangères, famille et droits de l'homme, économie et développement régional, ainsi que le cabinet de sécurité institutionnelle), diverses organisations internationales et des organisations de la société civile qui participent à quatre sous-comités thématiques.

Comme l'a souligné le représentant du sous-comité fédéral pour la relocalisation, cette structure a permis de ne pas laisser la responsabilité de l'assistance aux seules institutions traditionnellement impliquées dans les questions de migration, de capitaliser sur les capacités logistiques de l'armée et de fournir un soutien fédéral aux zones locales particulièrement touchées par la crise. Cet effort multi-agences entre les niveaux fédéral, étatique et local du gouvernement s'est particulièrement concentré sur les phases de documentation, d'accueil et de relocalisation dans les municipalités.

Selon l'UNCHR [lien en espagnol], plus de 50 000 Vénézuéliens ont été réinstallés depuis 2018 grâce à ce mécanisme de coordination et 77 % des personnes interrogées ont trouvé un emploi dans les municipalités du Brésil. Néanmoins, des limites au dispositif actuel sont apparues récemment, étant donné que de nouveaux flux d'Haïtiens et des flux inverses de Vénézuéliens revenant du Pérou entrent sur le territoire brésilien.

Pratiques de la Belgique : Fedasil


Tout comme l'inter-agence est cruciale, la capacité institutionnelle à adapter les pratiques de travail pour la préparation et la gestion des urgences migratoires est essentielle pour pouvoir fournir une réponse et une assistance qui correspondent aux besoins d'une urgence donnée. En Belgique, Fedasil est l'agence fédérale qui travaille avec les organisations de la société civile pour soutenir l'accueil des demandeurs d'asile sous l'autorité du Secrétaire d'Etat à l'Asile et à la Migration. Son rôle consiste à gérer des installations d'accueil pouvant accueillir jusqu'à 20 000 demandeurs d'asile, bien que ces dernières années, elles aient hébergé jusqu'à deux fois plus de demandeurs d'asile en raison d'augmentations périodiques du nombre d'arrivées.

Afin de gérer ces afflux, le comité directeur de l'Agence fédérale pour l'accueil des demandeurs d'asile peut adapter les procédures internes en déclarant l'état de crise. S'inspirant de l'expérience de la crise migratoire en Europe de 2015, ils ont identifié une série d'indicateurs permettant d'évaluer si une situation exerce une pression particulière sur les ressources de l'institution :

  • Le volume du flux
  • Le taux d'occupation des centres d'accueil supérieur à 90%.
  • Le bien-être du personnel de l'agence (charge de travail, stress)
  • Le budget de l'agence pour répondre à la demande
  • L'alerte précoce des flux arrivant dans d'autres pays européens
  • Les actions et la réponse des pays voisins, comme l'Allemagne, la Suède, la France, etc.
  • Le contexte international et ce qui se passe dans les pays qui connaissent un afflux de migrants et/ou de réfugiés.


Ces outils ont facilité l'assistance fournie lors de l'apparition de la pandémie de COVID-19 au début de 2020, et pour faire face à l'arrivée de demandeurs d'asile afghans en septembre 2021. Pour compléter ces indicateurs bien définis, le représentant de Fedasil a mentionné l'importance de l'implication du niveau politique de l'administration publique afin de mobiliser les ressources appropriées, d'assurer l'implication des agences externes et de créer des messages appropriés pour les efforts de communication externe.

Points communs - qu'est-ce qui est nécessaire pour une coordination efficace ?

Au cours des trois webinaires de l'activité 2, différentes institutions publiques ont partagé une série de pratiques qui ont émergé pendant les périodes de crise. Comme nous l'avons observé à travers notre travail au cours de la dernière décennie, les administrations publiques comptent de plus en plus sur l'échange de pratiques pour s'inspirer et apprendre les unes des autres.

Tout comme la migration est un phénomène complexe et à multiples facettes, les mécanismes de coordination qui cherchent à maîtriser ces crises doivent impliquer un large éventail d'acteurs pour être efficaces.

Les points communs

  • La coopération verticale et horizontale entre les départements gouvernementaux et/ou les ministères, conformément au rôle croissant des autorités locales dans la gestion des migrations.
  • La cohérence et l'adaptation des politiques pour surmonter les contraintes de la législation existante.
  • La nécessité de disposer de données actualisées et fiables et de capacités de prévision.
  • La coopération et la participation active de la société civile et des agences des Nations unies dans la gestion de l'accueil des nouveaux arrivants, ainsi que le rôle important du secteur privé pour l'inclusion socio-économique.


Articles connexes