Flux migratoires mixtes et crises complexes

Tant en Europe qu'en Amérique latine et aux Caraïbes, l'arrivée soudaine de flux massifs de migrants a posé des défis aux structures d'accueil. Les administrations publiques et les acteurs de la société civile ont dû créer de nouvelles pratiques et collaborer plus étroitement que jamais pour apporter assistance et protection aux populations vulnérables. La pandémie de COVID-19 a exacerbé les situations de vulnérabilité mais les agents publics ont fait preuve de cran et de résilience en adaptant leurs services. Les crises complexes et soudaines affectent également les flux migratoires en contraignant ou en limitant le transit par certains territoires, comme ce fut le cas du Costa Rica au début de 2020.

Après la déclaration de l'état d'urgence national le 24 mars 2020, seuls les Costariciens et les étrangers ayant un statut migratoire régulier et ayant quitté le pays avant le 24 mars 2020 pouvaient entrer sur le territoire national. Cette nouvelle situation a eu un impact sur les migrants qui transitaient par le Costa Rica et les citoyens nicaraguayens, qui forment le groupe le plus important par nationalité de la population migrante du Costa Rica.

Face à ce scénario, la Direction générale de la migration et des étrangers du Ministère de la gouvernance et de la police et le Ministère de la santé du Costa Rica ont demandé l'aide de MIEUX+ pour renforcer leurs capacités à aider les personnes migrantes. L'une des composantes de l'action Costa Rica IV consiste à développer un protocole qui facilitera l'assistance de la DGME aux demandeurs d'asile et aux migrants entrant sur le territoire ou transitant par le pays dans des conditions vulnérables lors d'une situation d'urgence, qu'elle soit causée par l'arrivée de grands flux mixtes ou par des contingences telles que la pandémie de COVID-19. De manière cruciale, l'outil vise également à renforcer la coopération entre la DGME et toutes les agences gouvernementales qui aident les personnes migrantes en situation d'urgence. Ces efforts sont particulièrement importants pour les migrants nicaraguayens qui, en raison de la pandémie, se sont retrouvés au chômage et rencontrent des difficultés pour traverser la frontière, que ce soit pour aller au Costa Rica ou pour rentrer au Nicaragua, car les deux pays exigent des tests négatifs au COVID-19 pour entrer.

Que peut apprendre le Costa Rica de ses pairs européens et latino-américains ?

Plusieurs webinaires d'échange de connaissances ont été prévus pour l'activité 2 afin de donner l'occasion aux praticiens de la migration et aux fonctionnaires du Costa Rica d'apprendre des expériences et des pratiques en Europe, en Amérique latine et dans les Caraïbes, créant ainsi des espaces d'apprentissage qui alimenteront le développement de protocoles améliorés pour l'assistance de première ligne.

Pour le premier webinaire, qui s'est tenu en juin 2021, le Mexique et le Pérou en Amérique latine, ainsi que la Grèce et les îles de Lampedusa et Linosa (Italie) en Europe, ont été choisis comme exemples à partager avec les pairs du Costa Rica. Au fil des ans, tous ces endroits ont connu des niveaux élevés d'arrivées de migrants avec l'intention de transiter par leur territoire vers une autre destination.

Quelle a été la situation de crise au Mexique ?

Le Costa Rica et le Mexique partagent des expériences similaires en tant que pays de transit pour les personnes migrantes se rendant aux États-Unis. Le Costa Rica a connu au cours de la dernière décennie l'arrivée de flux importants de personnes migrantes originaires de pays régionaux, comme les migrants cubains en 2015, mais aussi de plus en plus de personnes originaires de pays extérieurs aux Amériques. De même, le Mexique a connu depuis 2018, neuf vagues de ce que l'on appelle des " caravanes de migrants " provenant du Triangle Nord de l'Amérique centrale dans le but de transiter vers les États-Unis. Ces deux phénomènes ont créé des situations très complexes pour les gouvernements mexicain et costaricien, tant en termes d'attention aux migrants et aux personnes présentant des vulnérabilités particulières, comme les enfants non accompagnés, qu'en termes de ressources institutionnelles. Pour faire face à ces problèmes, le Mexique a de plus en plus adopté une approche pangouvernementale, impliquant non seulement les acteurs traditionnels tels que la Commission mexicaine d'aide aux réfugiés, mais aussi son système national de protection civile, afin de trouver des solutions innovantes pour la gestion des crises migratoires dans le pays.

Quelles pratiques le Mexique a-t-il adoptées ?

  • Coordination avec de nouveaux acteurs : Bien que des acteurs tels que la Commission mexicaine d'aide aux réfugiés, l'Institut national des migrations ou d'autres agences soient les principales institutions chargées de la gestion des migrations au Mexique, le soutien de la Coordination nationale de la protection civile du Mexique s'est avéré déterminant pour l'assistance aux populations migrantes. La protection civile a non seulement fourni des soins à la population migrante déplacée en cas d'urgence, mais a également conceptualisé les arrivées massives comme un type d'urgence, ce qui a permis à l'institution mexicaine d'activer certains protocoles.

  • Plan ad hoc de gestion de crise : Sous la direction du ministère de la Sécurité et de la Protection des citoyens et du ministère de l'Intérieur, en particulier de l'Institut national des migrations et sous la coordination de la Coordination nationale de la protection civile, le Plan d'assistance à la caravane de migrants a été lancé, auquel ont participé toutes les agences fédérales ainsi que l'UNICEF, l'OIM et le HCR. Selon le plan d'assistance, l'accueil des migrants consistait en une attention médicale immédiate, de la nourriture, de l'hydratation et des informations au point d'entrée ; l'enregistrement et la distribution de bracelets d'identification qui permettaient au migrant d'accéder aux services offerts ainsi que d'initier et de conclure la gestion de sa procédure migratoire.

  • Coopération verticale : Le système politique et administratif fédéral du Mexique garantit l'autonomie de nombreuses institutions responsables de l'assistance et de la protection des groupes vulnérables, y compris les migrants en transit. Par conséquent, lorsqu'elles ont été confrontées à la gestion d'une crise, toutes les institutions au niveau fédéral, étatique et municipal ont dû se réunir, aligner leurs procédures et coopérer de manière efficace afin d'apporter assistance et protection aux migrants.

Quelle était la situation de crise au Pérou ?

Bien que généralement considéré comme un pays de transit, on estime que 10% de la population du Costa Rica est née à l'étranger. De même, le Pérou est devenu au fil des ans un pays de destination, notamment pour les Vénézuéliens souhaitant migrer ou demander l'asile, tout en continuant à connaître plusieurs flux de moindre importance, notamment en provenance d'Haïti, en route vers l'Amérique du Nord. En conséquence, le nombre de la population née à l'étranger a connu une croissance exponentielle : de 80 000 migrants enregistrés au Pérou en 2017, les chiffres actuels estiment leur nombre à 1,2 million. Cet afflux soudain a créé une nouvelle réalité à laquelle le gouvernement et l'administration publique péruviens ont répondu par une série de pratiques.

Quelles ont été les pratiques adoptées par le Pérou ?

  • Changements législatifs : En 2017, il y a eu une révision de la politique nationale de migration, notamment la création de la table ronde intersectorielle pour la migration afin de renforcer les plans d'intégration et de régularisation des migrants.

  • Mesures extraordinaires pour assurer l'inclusion : Le gouvernement péruvien a accordé de nouvelles autorisations de travail et une carte d'identité virtuelle afin de contourner les restrictions sur l'assistance en face à face causées par la pandémie. Les services gouvernementaux ont été étendus afin de couvrir des quarts de travail de 24 heures pour l'enregistrement et la procédure des cas.

  • Politiques gouvernementales fondées sur les données : Des données sociodémographiques sont collectées au moyen de formulaires en ligne et une enquête interroge les migrants au Pérou sur leurs besoins. Les résultats de cette enquête alimenteront l'élaboration des politiques dans le domaine de la migration dans les années à venir.

  • Gestion des frontières : Le renforcement des procédures frontalières a permis l'enregistrement et la collecte de données biométriques aux points de contrôle frontaliers, ce qui a permis à l'administration publique d'enregistrer les nouveaux arrivants et à tous les services gouvernementaux d'accéder rapidement à ces informations.

  • Agence numérique pour les migrations : 99% des procédures de migration peuvent être effectuées en ligne, ce qui a permis aux services et agences gouvernementales de fournir des services aux populations migrantes sur tout le territoire.

Quelle était la situation de crise en Grèce ?

Bien que le Costa Rica soit largement considéré comme un pays stable en termes économiques et sociaux, l'augmentation de la dette intérieure et la crise mondiale globale déclenchée par la pandémie de COVID-19 ont eu un impact sur les ressources consacrées à la gestion des crises migratoires. De même, une situation économique fragile a constitué la toile de fond peu favorable aux flux migratoires massifs qui ont débuté en 2015 en Grèce. Il s'en est suivi de graves difficultés liées à la coordination de l'aide, à l'identification des groupes vulnérables et aux procédures d'enregistrement, qui ont été aggravées par le début de la pandémie actuelle de COVID-19. Néanmoins, les deux pays ont fait des efforts pour adopter des stratégies centrées sur les droits de l'homme et les protections sociales. Pour faire face à ces défis et fournir des niveaux de protection adéquats aux migrants, le gouvernement grec et son administration publique, qui comprend le bureau des droits de l'homme du médiateur grec, ont adopté une série de pratiques, ainsi que des changements dans la législation et dans les protocoles opérationnels.


Quelles sont les pratiques adoptées par la Grèce ?

  • Cadre institutionnel : Sous l'autorité générale du ministère des migrations et de l'asile, les nouveaux postes de vice-ministre de l'intégration des réfugiés et de secrétaire spécial pour la coordination des acteurs clés ainsi qu'un secrétariat spécial pour la protection des mineurs non accompagnés ont été créés. Ces changements ont été introduits pour renforcer la coordination entre toutes les parties.

  • Coopération entre les parties prenantes : Outre l'amélioration du cadre institutionnel pour créer un environnement favorable, l'accent a été mis sur la rationalisation des procédures d'enregistrement des demandeurs d'asile par le biais d'une coopération avec des acteurs internationaux tels que le HCR ou les agences européennes FRONTEX et le Bureau européen d'appui en matière d'asile, mais aussi d'une coopération avec les acteurs de la société civile.

  • La numérisation : Elle a permis d'accélérer le traitement de nombreuses procédures de demande d'asile, y compris l'auto-enregistrement. Cela inclut l'envoi des demandes d'asile par courrier électronique, l'auto-complétion des formulaires en ligne, ainsi que d'autres procédures de migration pour l'obtention et le renouvellement des documents.

  • Logement indépendant : Un système de location de logements indépendants dans différentes villes est géré par le HCR. L'objectif est de fournir de bonnes conditions de vie et d'intégration au niveau local.

  • Prévention de la discrimination : Les enfants migrants sont inscrits à l'école, des campagnes d'information sont créées pour s'adresser à la population étrangère et locale, et des canaux de participation des migrants aux activités locales sont ouverts dans le but général de promouvoir l'inclusion sociale.

Quelle était la situation de crise à Lampedusa et Linosa ?

Dans de nombreuses régions du monde, les crises migratoires sont passées du statut d'événements occasionnels et ponctuels à celui d'une question constante pleinement ancrée dans les réalités locales. Par conséquent, le fait de considérer ces phénomènes comme des "crises" ne constitue pas une toile de fond appropriée pour coordonner les réponses de première ligne et fournir des solutions durables aux migrants, en particulier au niveau local. Dans son propre contexte migratoire, le gouvernement du Costa Rica a dû chercher des solutions pour non seulement assister les migrants, favoriser l'inclusion mais aussi prévenir et combattre la xénophobie dans les communautés d'accueil. De même, les petites îles de Lampedusa et de Linosa (Italie), en Méditerranée centrale, ont connu des arrivées spectaculaires de bateaux au cours des trente dernières années. Cette situation a mis à rude épreuve la petite municipalité qui s'est néanmoins forgée une réputation d'inclusion grâce aux pratiques testées et établies.

Quelles ont été les pratiques adoptées par Lampedusa et Linosa ?

  • Coopération à l'échelle européenne : Les îles ont cherché à coopérer avec 19 municipalités frontalières de toute l'Europe afin de reconnaître leur rôle particulier dans l'assistance et l'accueil des migrants arrivant sur leur territoire, par le biais d'un programme financé par l'UE intitulé "Snapshots from the borders". Ce projet vise à renforcer un nouveau réseau horizontal et actif entre les villes directement confrontées aux flux migratoires aux frontières de l'UE, afin de promouvoir une cohérence politique plus efficace à tous les niveaux (européen, national, local).

  • Contrer la désinformation : Le maire de Lampedusa et Linosa s'est publiquement prononcé contre certains des mythes qui ont commencé à circuler sur la migration et la pandémie au cours des premiers mois de 2020. Le maire promeut également une nouvelle journée européenne du souvenir en l'honneur des plus de 350 victimes d'un naufrage qui tentait d'atteindre les côtes de Lampedusa le 03 octobre 2013.

  • La Charte de Lampedusa : Sous la coordination du Bureau exécutif de Cités et Gouvernements Locaux Unis, Lampedusa et Linosa défendent la Charte de Lampedusa, qui vise à réécrire le récit des migrations européennes et s'inspire des principes inscrits dans le Pacte mondial pour les migrations.

Créer des espaces d'apprentissage pour les pairs de l'administration publique

Les pratiques mentionnées ci-dessus soulignent la nécessité de disposer d'administrations légères et flexibles pour gérer les flux migratoires soudains et massifs en tant qu'urgences humanitaires. En complément de l'assistance de première ligne et de la protection des groupes vulnérables, des campagnes de communication ciblant à la fois les migrants et la population locale ainsi que des mesures visant à assurer l'intégration socio-économique sont nécessaires. En partageant ses expériences avec ses pairs, MIEUX+ contribue à créer un environnement où les connaissances et les pratiques des administrations publiques peuvent être reproduites, adaptées et contextualisées pour faire face à la nature multidimensionnelle des flux migratoires mixtes.