Contexte

Hier à peine mais il y a pourtant 10 ans déjà, en août 2009, l’initiative MIEUX recevait l’une de ses toutes premières demandes de la part d’un pays partenaire. Le cabinet du Premier Ministre du Cabo Verde sollicitait le soutien de MIEUX pour l’élaboration de ce qui allait devenir la première Stratégie nationale pour l’immigration (NIS) de cet État insulaire ; une priorité politique pour ce pays passé de terre d’origine à pays de destination de flux migratoires sous l’effet de son économie parmi les plus dynamiques d’Afrique de l’Ouest.  

En février 2010, il y a donc 9 ans, se déroulait la première mission qui allait conduire à l’adoption de la NIS en janvier 2012 après des mois de travail intense, d’ateliers et de sessions de formulation entre l’équipe MIEUX et les autorités capverdiennes. Les deuxième et troisième Actions MIEUX ont aidé à convertir cette stratégie en un cadre institutionnel et juridique national solide formé notamment par la Loi sur le séjour des étrangers, la Loi sur l’asile et la protection et la Loi sur la lutte contre la traite des êtres humains et l’exploitation des migrants.

Plans d’action municipaux pour l’immigration et l’intégration

Aujourd’hui, nous sommes de retour à Praia, là où tout a commencé, pour clôturer la 4e Action MIEUX au Cabo Verde avec la présentation, par Romain Gustot - Chargé de projet pour cette Action - et les autorités locales, des Plans d’action municipaux pour l’immigration et l’intégration (MAPII) formulés en coopération avec la Direction générale de l’immigration (DGI). Les MAPII transposent les priorités de la Stratégie nationale à l’échelon local et, en parallèle, renforcent les capacités des pouvoirs locaux à mieux gérer l’immigration et l’intégration sociale des immigrants. Pour reprendre les mots de Victor Gomes Fortes, Directeur du Bureau pour l’Éducation, la Formation professionnelle et les Communautés (émigration et immigration) de la municipalité de Boa Vista : « Nous qui avons tant de nos frères à l’étranger, nous voulons un traitement équitable pour tous les migrants partout dans le monde, y compris pour ceux qui viennent chercher une vie meilleure au Cabo Verde. Pour nous, immigration et émigration sont les deux faces d’une même médaille ». (Victor pose pour la photo avec le MAPII).

Lors de la phase de formulation des plans, MIEUX et la DGI ont réuni des agents des administrations municipales et des Gabinetes de Apoio ao Imigrante (GAI – bureau d’appui aux immigrants) locaux qui sont en contact quotidien avec les nouveaux arrivants et les immigrants de longue durée sur leurs îles et dans leurs communautés respectives. Les associations de migrants, comme la Platform of the African Community, ont aussi pris intégralement part au processus afin de relayer les réalités et difficultés quotidiennes des migrants et de les intégrer dans les priorités et missions des autorités locales et nationales.

Le comité chargé de la rédaction a conçu un modèle type de MAPII que chaque municipalité peut ajuster en fonction de sa démographie et de ses besoins. Tout au long de la semaine mais aussi le jeudi 28 février 2019 lors de l’événement de clôture, Boa Vista et Praia, villes pilotes et destinations premières des immigrants arrivant au Cabo Verde, présenteront leur MAPII à un large éventail d’acteurs, parmi lesquels la Délégation locale de l’UE, les ambassades et autres ministères. D’autres municipalités suivront très bientôt, avec le soutien de consultants locaux et de la DGI.

Inspiré des pratiques européennes

Fidèle à son principe de résultats concrets, l’équipe MIEUX a également rédigé un manuel de procédures inspiré des bonnes pratiques européennes afin de faciliter la mise en œuvre des MAPII et de la NIS par les professionnels œuvrant quotidiennement auprès des immigrants. Nos deux experts MIEUX portugais, Olinda Chaves – Inspectrice principale au Service des Étrangers et des Frontières – et Assunçao Fernandes – Experte-responsable du service social du conseil municipal d’Oeiras – ont rassemblé des exemples utiles venus du Portugal, reconnu comme étant l’un des pays les plus avancés en matière d’intégration et d’inclusion (voir sa place au MIPEX).

Les nouveaux plans d’action entendent aider les personnes qui immigrent au Cabo Verde mais aussi le personnel des GAI, dont la mission est de fournir une aide directe et des informations sur l’entrée, les règles en matière de séjour et les politiques d’intégration. Le premier GAI a été inauguré au poste de police de Santa Maria sur l’île de Sal (2013), où vivent de nombreux immigrants originaires du continent africain et d’Europe. Aujourd’hui, la DGI prévoit d’ouvrir un bureau de ce type dans chacune des 22 villes capverdiennes réparties sur les 9 îles du pays afin de compléter le travail effectué par les points focaux municipaux sur l’émigration (RENEM) par la mise en place d’un réseau similaire dédié à l’immigration. Les efforts entrepris par le Cap-Vert en vue d’améliorer ses politiques d’intégration par de nouvelles procédures et de nouveaux services s’intègrent dans une vision plus large qui entend saisir les possibilités que les migrations et les migrants recèlent pour le développement national. Car comme l’affirmait dans un entretien récent Carmem Barros Furtado, Directrice à la Direction Générale de l’Immigration au sein du ministère de la Famille et de l’Inclusion sociale et point focal MIEUX au Cabo Verde: « Les migrations sont un formidable outil pour le développement local des villes et villages ».

MIEUX en Afrique de l’Ouest

Depuis 2009, MIEUX est présent en Afrique de l’Ouest sans interruption : en 10 ans, nous y avons mis en œuvre 27 Actions dans 14 des 16 pays de la région et au niveau de la CEDEAO, ce qui représente près de 30% du portefeuille d’activités du programme. À l’instar des interventions au Cabo Verde, la majorité des Actions Mieux en Afrique de l’Ouest ont porté sur la formulation de politiques, de lois, de stratégies et de plans d’action dans divers domaines des migrations, démontrant que le renforcement de la gouvernance migratoire est bien en tête de l’agenda politique des pays de la région. À l’exemple du Togo qui s’est doté d’une Stratégie sur la migration et le développement, du Cabo Verdeet ses plans d’actions municipaux pour l’intégration des migrants au niveau local ou de la Sierra Leone avec sa Politique nationale sur la migration. Lors de l’atelier régional de partage des connaissances 2018 à Cotonou, les participants ont salué la capacité des interventions MIEUX à créer des comités interministériels pérennes pour gérer les migrations dans toutes leurs dimensions et reconnu avoir tiré beaucoup de positif des exemples et bonnes pratiques mis en place par les institutions européennes et leurs homologues régionaux.

Liens utiles

Fiche d’information MIEUX Afrique de l’Ouest

Entretien avec Carmen Barros Furtado et Assunçao Fernandes

Atelier régional de partage des connaissances : Afrique de l’Ouest

 

S'abonner au bulletin d'information