Depuis 2009, MIEUX facilite l'échange de connaissances sur la gouvernance des migrations dans le monde entier, en travaillant avec des partenaires dans +100 pays et en mettant en œuvre des centaines d'activités. Au cours de sa première décennie de mise en œuvre, l'approche de MIEUX est progressivement passée de l'échange de connaissances techniques à un processus de changement plus large, en passant par les trois niveaux de renforcement des capacités définis par l'OCDE (individuel, institutionnel/organisationnel et environnement favorable) pour obtenir des résultats institutionnels tangibles.

Comme la migration elle-même, MIEUX est en constante évolution, et afin d'exploiter pleinement le potentiel de sa vaste expérience, la réforme de notre approche du renforcement des capacités a été une priorité clé de la nouvelle phase de MIEUX. Pour concevoir et piloter ce processus, Megan Pilli, notre nouvelle spécialiste du renforcement des capacités, a rejoint l'équipe MIEUX en 2020.

Avant de rejoindre l'équipe, Megan a travaillé sur le projet Migrants dans les pays en crise, financé par l'Union Européenne, qui visait à améliorer la protection des migrants lorsque les pays dans lesquels ils vivent, travaillent, étudient, transitent ou voyagent connaissent un conflit ou une catastrophe naturelle. Son expérience en matière de renforcement des capacités et de gestion des crises vient compléter les domaines d'expertise bien établis de MIEUX en matière de migration.

Dans cette interview, elle explique aux publics de MIEUX+ à quoi s'attendre pour les prochaines Actions.  

Comment la crise COVID-19 actuelle a-t-elle influencé le type de demandes d'assistance que MIEUX reçoit ?

Nous recevons de plus en plus de demandes d'aide portant sur des sujets transversaux, tels que les migrations et les questions de santé et d'environnement. Nous recevons également des demandes régionales, qui reflètent la façon dont les questions environnementales et sanitaires dépassent les frontières et offrent de nouvelles possibilités de coopération régionale. Avec la pandémie COVID-19, les causes profondes de la traite des êtres humains ont été exacerbées, de sorte que nous voyons également des demandes de différentes régions sur des sujets liés à cette question.

Quelles innovations MIEUX+ cherchera-t-il à intégrer en matière de renforcement des capacités ?

En plus des nouvelles demandes, nous constatons la nécessité d'adapter les activités de formation pour répondre aux besoins des fonctionnaires qui travaillent à distance et qui peuvent avoir un accès limité à certaines technologies. Cela nécessite d'adapter de nombreuses activités et d'adopter une approche mixte, en utilisant au mieux les formations en ligne et le matériel d'apprentissage à son propre rythme. Nous disposons de l'expertise et des outils nécessaires pour garantir que les activités de renforcement des capacités soient attrayantes, même lorsqu'elles sont mises en œuvre en ligne, et qu'elles continuent à créer des liens entre les expériences de l'UE et celles des pays partenaires.

Avec cette nouvelle phase, MIEUX+ vise à continuer à promouvoir l'appropriation, la durabilité et l'impact. Nous encourageons une approche participative, les autorités publiques avec lesquelles nous travaillons apportant leur contribution en tant que partenaires et co-créateurs, de l'évaluation à la conception, de la mise en œuvre à la transmission. Nous savons que le renforcement des capacités est un processus, et pas seulement une série de sessions de formation, et qu'il a un potentiel énorme pour renforcer les partenariats.

Comment MIEUX+ va-t-il permettre à de nouveaux acteurs de jouer un rôle plus actif dans la gestion des migrations ?

Lorsque les activités de renforcement des capacités sont inclusives, contextuelles et collaboratives, elles peuvent inspirer une transformation à différents niveaux. Une priorité pour MIEUX+ est d'élargir la participation de nouveaux acteurs, tels que les unités spécialisées dans le renforcement des capacités en matière de migration au sein des institutions publiques, par exemple les ministères de l'intérieur, les écoles de formation en matière de migration et les académies d'administration publique ou diplomatique, les ministères de la planification et du développement, de l'éducation, etc.

Par exemple, dans certains pays où les académies diplomatiques se concentrent principalement sur la prestation de cours sur la diplomatie et la négociation, nous avons constaté un intérêt pour le développement de programmes d'études pour des cours d'apprentissage plus pratiques liés à la gestion des crises et à la protection des citoyens à l'étranger. En réunissant différentes agences gouvernementales avec ces académies et en formant un groupe de formateurs, nous sommes en mesure de faciliter la collaboration entre les agences et les ministères et de garantir que le programme continuera à améliorer les compétences du personnel participant aux cours.

Ce type d'arrangement est avantageux pour tous car les activités de renforcement des capacités sont intégrées dans les structures existantes, telles que l'établissement d'enseignement, le calendrier de formation existant, et il renforce la collaboration interne sur des sujets liés à des objectifs stratégiques plus larges.

 

Articles liés

2016 à 2020 : un bilan des principales réalisations

MIEUX+ a débuté aujourd'hui