Pour la quatrième Action MIEUX+ au Tadjikistan, les expert(e)s et les membres de l'équipe collaborent avec le Ministère du Travail, de la Migration et de l'Emploi (MoLMEP) et trois ONG (Gurdofarid, Surkhrob, TWNPlus Network) sur un projet de migration légale et de main-d'œuvre. Il vise à renforcer la capacité du gouvernement tadjik à réglementer, contrôler et coordonner efficacement les agences d'emploi privées (PEA) et les ONG partenaires, et à sensibiliser au recrutement éthique et aux droits des migrants.

C'est dans ce contexte que MIEUX+ a mené une mission à Douchanbé en mars/avril 2022 pour évaluer les capacités des partenaires et les besoins en formation, ainsi que pour rencontrer les parties prenantes concernées. La mission a servi de point de départ à l'élaboration de lignes directrices pour les partenaires sur les bonnes pratiques de coordination, de réglementation et de suivi avec les agences d'emploi privées.

Migration de main-d'œuvre au Tadjikistan

Depuis qu'il a déclaré son indépendance de l'Union soviétique en 1991, le Tadjikistan est devenu l'un des plus grands exportateurs de travailleurs migrants au monde. On estime que le nombre total de travailleurs migrants du pays représente 10 à 20 % de la population totale. La Russie est de loin le marché du travail le plus important pour le pays, où les travailleurs tadjiks sont principalement employés dans le secteur informel et peu qualifié de l'agriculture, de la construction, du commerce et des services communaux.

Mission à Dushanbe pour évaluer les besoins des partenaires

Au cours de cette première activité, l'équipe de MIEUX+ et des expert(e)s ont rencontré les ministères et les ONG concernés pour établir des liens avec les partenaires et recueillir les informations nécessaires à l'évaluation. La mission a également été l'occasion de renforcer les synergies entre MIEUX+ et d'autres projets de l'ICMPD et de montrer comment le projet en cours s'appuiera sur le travail effectué par l'équipe du Centre de ressources pour les personnes migrantes de l'ICMPD à Douchanbé.

Au cours de ces réunions, les partenaires ont discuté des rôles spécifiques des différents départements et ministères impliqués dans la coordination du soutien aux travailleurs migrants, y compris la formation avant le départ, le processus d'autorisation des agences d'emploi privées et la nécessité de renforcer les normes. Les partenaires sont motivés pour adapter les politiques et les procédures afin de répondre aux défis actuels qui affectent la migration de la main-d'œuvre, notamment l'impact de COVID-19 et l'invasion russe en Ukraine.

Prochaines étapes

Munis des informations issues de ces échanges, les expert(e)s MIEUX+ qui ont participé à cette mission rédigeront un rapport d'évaluation. Ce rapport alimentera et contribuera à l'élaboration de lignes directrices pour le Ministère du Travail, de la Migration et de l'Emploi sur les bonnes pratiques de coordination avec les agences d'emploi privées et de matériel d'information sur les instruments et les politiques de recrutement équitable.

Autres ressources