Ces dernières années, le Kazakhstan a attiré près de quatre millions de personnes migrantes, arrivant pour la plupart des pays d'Asie centrale et du Caucase du Sud. Les personnes en sursis de séjour et celles qui ne remplissent pas les conditions administratives pour obtenir un permis de travail tombent dans l'irrégularité, ce qui entraîne une situation de vulnérabilité pour elles-mêmes et pour leurs familles.

Almaty est l'une des principales régions de destination des travailleurs migrants, notamment des familles et des enfants du Kirghizstan, du Tadjikistan et de l'Ouzbékistan. Les familles des populations migrantes ne sont pas obligées d'enregistrer les enfants de moins de 16 ans à leur arrivée et de les faire voyager sans visa. Cela conduit à une situation où de nombreux enfants mineurs sont présents dans le pays sans reconnaissance légale et n'ont pas accès à l'éducation, aux services médicaux gratuits, y compris les vaccinations, au logement social ou à la sécurité sociale. En outre, les jeunes enfants migrants accompagnent souvent leurs parents au travail, tandis que les enfants plus âgés sont parfois contraints de travailler, les filles âgées de 12 à 17 ans étant employées comme nounous, et les garçons travaillant sur les marchés et dans l'agriculture.

Le Commissaire aux droits de l'homme de la République du Kazakhstan et l'ONG Centre de réhabilitation et d'adaptation sociale et psychologique pour les femmes et les enfants "Rodnik" souhaitent redresser la situation et permettre une collaboration plus efficace entre tous les acteurs pour protéger les droits des familles migrantes avec enfants dans la ville et la région d'Almaty. Cela implique de redoubler d'efforts pour atteindre les familles migrantes et leurs enfants afin qu'ils soient conscients des services auxquels ils peuvent avoir accès dans la région d'Almaty.

Après des recherches préliminaires et la co-conception des activités avec le Commissaire et Rodnik, le soutien de MIEUX+ verra une série d'expert(e)s des institutions européennes et des expert(e)s locaux au Kazakhstan impliqués dans la fourniture de recommandations sur la façon d'améliorer la collecte de données sur les enfants migrants au Kazakhstan et sur la façon de mettre en place un mécanisme interinstitutionnel pour la protection des droits des familles migrantes. Les institutions ciblées pour participer comprennent les domaines des statistiques, des questions familiales, le médiateur des enfants, le comité des migrations du ministère du travail et de la protection sociale, le comité du service des migrations du ministère de l'intérieur, ainsi que les ambassades des principaux pays d'origine des migrants.

Livrables co-développés avec des partenaires et des experts

Un manuel et un plan de communication pour une campagne d'information ciblant les familles migrantes afin qu'elles soient plus conscientes de leurs droits et de ceux de leurs enfants viendront compléter ces recommandations. La première étape vers ces objectifs est d'évaluer les capacités et les besoins sur le terrain avec une série de consultations qui ont eu lieu du 06 au 13 décembre 2021. Alors que cette activité devait être organisée sur place à Nur Sultan et Almaty, en raison des nouvelles restrictions de COVID-19 causées par la variante Omicron de COVID-19, les consultations ont été organisées au format en ligne.

Les expert(e)s MIEUX+ ont eu l'opportunité d'échanger avec les différents acteurs dans le domaine de l'enfance et de la migration tant au niveau national que local afin de :

  • Analyser les cadres législatifs et institutionnels concernant la protection des familles migrantes avec enfants en mettant l'accent sur les données et les statistiques sur la migration et la coordination interinstitutionnelle sur la protection des enfants migrants ;
  • Suggérer des recommandations pour améliorer la collecte de données sur les enfants migrants au Kazakhstan ;
  • Acquérir une base de référence sur les capacités et les besoins des partenaires en matière de communication efficace avec les familles migrantes avec enfants à Almaty et dans la région d'Almaty.

Combinées à la recherche documentaire, les consultations avec les principales parties prenantes ont fourni une excellente vue d'ensemble des défis et des opportunités pour la protection des droits des familles migrantes avec enfants au Kazakhstan. Suite aux consultations et aux recherches documentaires, les experts MIEUX+ travaillent sur le rapport d'évaluation des capacités et des besoins qui sera présenté aux principales parties prenantes en février 2022.

Pour en savoir plus sur l'action, consultez notre carte interactive.