regional webinar speakers

Le 20 octobre 2021, dans le cadre de la troisième Action MIEUX+ soutenant le Secrétariat du Marché commun de l'Afrique orientale et australe (COMESA), MIEUX+ et le COMESA ont organisé le "Séminaire régional sur les implications de la pandémie de COVID-19 sur la gestion des frontières. Des fonctionnaires travaillant dans les domaines des douanes, de l'immigration, de la santé portuaire, de la lutte contre la drogue et de la police de 11 États membres du COMESA, de l'OIM, de l'OIT et de la Fédération des femmes d'affaires du COMESA (COMFWB) ont participé à cet événement.

Le webinaire a permis au COMESA et à ses États membres d'échanger des points de vue sur les conséquences des urgences sanitaires sur la gestion des frontières, les meilleures pratiques et les expériences en matière de gestion du covid 19 à leurs postes frontières.

Divisé en quatre sessions, les deux premières sessions ont présenté une vue d'ensemble des implications de la pandémie de COVID-19 sur la gestion des frontières d'un point de vue global et avec l'expérience régionale de l'Afrique de l'Ouest, tandis que la troisième session a présenté une vue d'ensemble de l'expérience des forces de police de la République tchèque en matière de gestion des frontières. Une dernière session plénière a permis aux États membres du COMESA d'échanger leurs points de vue sur le sujet.

Des défis communs au niveau mondial


La pandémie de COVID-19 a affecté tous les aspects de la gestion des frontières d'une manière sans précédent, a expliqué Mme Monika Weber, conseillère principale au sein du programme de gestion et de sécurité des frontières du ICMPD. Les différents cadres réglementaires nationaux ont obligé les responsables et les agences de gestion des frontières du monde entier à adapter rapidement leurs pratiques et leur savoir-faire.

En Europe, l'exemple le plus notable a été la suspension temporaire de l'accord de Schengen. Celle-ci a entraîné un manque d'harmonisation et a involontairement mis la pression sur les États membres de l'UE pour qu'ils réappliquent des infrastructures frontalières qui n'existaient plus depuis des décennies.

Recommandations

  • Les connaissances pratiques doivent être complétées par des stratégies et des procédures opérationnelles standard (POS) claires et facilement accessibles.
  • La coopération et la coordination aux niveaux national, régional et international entre les agences nationales de gestion des frontières et les organisations internationales, ainsi qu'avec les communautés frontalières et le secteur privé.
  • La modernisation des équipements, le partage des informations et le développement continu des capacités en coordination avec les centres de formation doivent être envisagés pour les agents frontaliers.


Enseignements tirés de la Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest 


Le Dr Tony Elumelu, de la Direction de la libre circulation de la Commission de la CEDEAO, a expliqué comment le COVID-19 a également provoqué un nouveau changement de politique dans la gestion des frontières en Afrique occidentale. Par exemple, la numérisation est devenue une priorité.

En outre, la pandémie a révélé un manque de coordination entre les États membres de la CEDEAO. La CEDEAO a donc cherché à adopter une approche commune pour prévenir l'effondrement de l'économie, faciliter la circulation des biens, des services et des personnes et harmoniser les directives des organisations internationales, notamment l'Organisation mondiale de la santé et les centres africains de contrôle et de prévention des maladies (CDC).

À cet effet, le COMESA a élaboré de nouvelles lignes directrices sur la mobilité en avril 2020, en appliquant les leçons tirées des crises passées, notamment des épidémies d'Ebola. Une fois que la pandémie a frappé la région, les communautés frontalières ont joué un rôle très important dans la gestion des frontières.

Recommandations


Davantage d'efforts doivent être déployés pour assurer la coordination entre les agences et les mécanismes de gestion des frontières (santé et sécurité, entre autres).
Une approche commune intra-régionale de la mobilité et de la libre circulation des biens, des services et des personnes est nécessaire entre les différentes communautés économiques régionales du continent, telles que la CEDEAO et le COMESA.
Des mesures devraient être prises pour garantir l'harmonisation des exigences en matière de tests COVID-19, y compris la fourniture de tests COVID-19 gratuits ou à faible coût, ce qui permettrait d'alléger la charge économique pesant sur la population, notamment sur les petits commerçants transfrontaliers.


Expériences d'un Etat membre européen : La République tchèque


Le Dr Petr Malovec, chef du Centre national de situation frontalière de la police de la République tchèque, a présenté l'expérience des forces de police de la République tchèque. Il a expliqué comment la reprise temporaire des contrôles aux frontières et la coordination interinstitutionnelle entre les pompiers, la circulation, la police des frontières, la protection civile et l'armée ont été nécessaires pendant les premiers mois de la pandémie. Conséquence directe du rétablissement des contrôles aux frontières à l'entrée et à la sortie, l'utilisation de systèmes informatiques mobiles est devenue cruciale car les agents des frontières collectaient des données auprès des individus et les saisissaient par le biais d'applications pour téléphones mobiles.

Recommandations

  • Il est essentiel d'avoir établi des plans d'urgence aux postes de contrôle des frontières terrestres, maritimes et aériennes et aux points chauds afin d'assurer la coordination aux niveaux local, régional et national.
  • Promouvoir une utilisation efficace des ressources humaines dans les situations d'urgence, lorsque la réaction immédiate s'avère difficile. Un plus grand nombre de spécialistes est nécessaire et devrait être déployé aux principaux postes frontières pour fournir des conseils.
  • Réduire la fracture numérique, permettre une plus grande utilisation des nouvelles technologies telles que les kiosques et les tours faciales, qui facilitent le contrôle des frontières, notamment dans les aéroports.

Cohérence et coordination des politiques : nécessaires pour progresser


Au cours de la quatrième session, MIEUX+ a mis en évidence les liens entre les discussions du webinaire régional et les principales conclusions de l'évaluation des besoins en capacités et en formation entreprise en mai et juin 2021 par deux experts MIEUX+ du Nigeria et du Royaume-Uni. L'évaluation a donné lieu à plusieurs réunions consultatives sur les principaux défis et les leçons apprises suite à l'apparition de la pandémie de COVID-19 avec les principales parties prenantes de postes frontaliers sélectionnés en République démocratique du Congo, au Malawi, en Zambie et au Zimbabwe.

Le rapport a mis en évidence plusieurs défis pour la gestion des frontières à la lumière de la pandémie, à savoir le manque de cohérence des politiques, l'absence de mécanismes de coordination aux niveaux régional et national, la domestication inégale des directives régionales de gestion des frontières, le manque de cohérence des politiques et les différences d'approches de la gestion de la pandémie de COVID-19. Ces différences d'approches ont entraîné non seulement une confusion et un manque de cohésion parmi les agences frontalières nationales, mais aussi avec les homologues régionaux.

En conséquence, les représentants des États membres du COMESA ont échangé leurs points de vue sur ces sujets. Par exemple, la Zambie a fait part de certaines leçons apprises, comme l'intégration des résultats des tests au sein d'une plateforme développée avec le soutien de l'Union africaine et la manière dont ils ont coordonné les services de santé, les agences frontalières et les partenaires transfrontaliers.

En tant que modérateur de la session, Jean-Yves Charriou, conseiller principal de MIEUX+ sur la gestion des frontières, a encouragé les délégués à harmoniser et à simplifier les procédures, en utilisant des méthodologies telles que l'analyse des processus d'affaires pour voir ce qui fonctionne, ce qui ne fonctionne pas et ce qui peut être adapté. Des procédures simples et des plans d'urgence sont impératifs car COVID-19 n'est qu'une crise parmi d'autres urgences sanitaires ou phytosanitaires potentielles, ainsi des procédures simples permettent une réponse rapide des autorités ainsi qu'une adaptabilité à d'autres urgences. Enfin, les nouvelles procédures devront être accompagnées d'une gestion organisationnelle, comprenant la formation du personnel et des campagnes d'information pour le public.

Liens connexes