Depuis le début du siècle, le Bénin est un pays de transit pour les populations migrantes. Au cours des 20 dernières années, le nombre de migrants internationaux a doublé et, en 2020, environ 390 000 migrants vivaient dans ce pays d'Afrique occidentale. Cette augmentation s'explique par la stabilité politique et les perspectives économiques croissantes du pays. Cependant, le gouvernement du Bénin est confronté à de nouveaux défis liés au changement climatique et à la migration et a demandé l'aide de MIEUX+ pour identifier des solutions et des recommandations pour leur planification nationale. Le 28 mai, MIEUX+ a organisé un premier webinaire pour discuter des opportunités et des limites de la quantification de ce phénomène au Bénin.

Changement climatique et migration au Bénin

Les autorités béninoises sont de plus en plus préoccupées par les migrations liées à l'environnement, car le pays se trouve dans une région sujette aux catastrophes naturelles et à la dégradation de l'environnement et abrite des populations pauvres et vulnérables. Actuellement, le pays ne s'appuie pas sur des mécanismes juridiques et normatifs qui fournissent une assistance et une protection spécifiques aux migrants environnementaux. En plus de ce défi, comme beaucoup de pays dans le monde et en Afrique de l'Ouest, le Bénin manque de preuves quantitatives sur le type, la dimension et la structure des flux migratoires induits par l'environnement.

Ces préoccupations ont conduit la Direction Générale de l'Environnement et du Climat (DGEC) du Ministère du Cadre de Vie et du Développement Durable et l'Institut National de la Statistique et de l'Analyse Economique (INSAE) à demander l'assistance de MIEUX+ au début de cette année pour renforcer les connaissances des autorités sur les capacités de gestion des données et l'élaboration des politiques.

Tirer parti des actions précédentes

L'Afrique occidentale et centrale reste le plus grand portefeuille de projets MIEUX depuis la création de l'initiative en 2009. Ce n'est pas la première fois que MIEUX travaille avec des partenaires béninois. L'Action Afrique de l'Ouest II a contribué au développement du dialogue et de la consultation entre le Bénin, la Guinée-Bissau et le Togo pour renforcer l'action et la coopération aux niveaux national et régional sur les questions de migration, de changement climatique et d'environnement.

S'appuyant sur les résultats et les recommandations de cette action passée, Bénin II fait le point sur ces connaissances pour faciliter la création d'une étude de base sur la migration induite par l'environnement, fournir des recommandations sur les outils de collecte de données et produire un document de référence sur l'intégration de la migration induite par l'environnement au Bénin. Ceci est fait en collaboration avec la DGEC et l'INSAE ainsi que des experts de France, Belgique, Suisse et des experts locaux.

La nécessité de la gestion des données

Dans le cadre de cette Action, un webinaire sur la gestion des données se concentrant sur la migration environnementale a eu lieu le 28 mai 2021 et compté avec la participation de 22 participants des autorités béninoises. Avec des experts de l'INSAE, des experts de l'Observatoire Hugo de l'Université de Liège en Belgique, les participants ont discuté des possibilités et des limites de la collecte et de l'analyse des données sur la migration et le changement climatique au Bénin.

Comme l'a souligné Mme Michelle Yonetani (Senior Policy Officer, Office of the Special Advisor to the High Commissioner on Climate Action, UNHCR, the UN Refugee Agency) lors de l'événement : « Une bonne pratique générique pour tout type d'exercice de collecte de données est de désagréger par sexe, âge et autres spécificités afin d'inclure les populations marginalisées et les vulnérabilités potentielles ».

L'INSAE a également souligné l'importance des initiatives telles que MIEUX+ pour répondre à des besoins importants tels que la gestion des données pour les migrants induits par l'environnement, car il fonctionne comme un véhicule pour faciliter l'échange et le dialogue avec d'autres experts sur le sujet, le développement des capacités et des connaissances aux pays partenaires.

Prochaines étapes

Suite à ce webinaire, l'équipe MIEUX+ organisera d'autres activités pour aider l'INSAE à collecter, gérer et analyser les données sur les migrations induites par l'environnement et la DGEC à inclure ce sujet dans la planification des politiques nationales.


Images du webinaire (28/05)