L'équipe MIEUX+ a organisé aujourd'hui le webinaire "Tendances migratoires et MIEUX+ en Amérique latine et dans les Caraïbes en 2021", qui comprenait le lancement des "Perspectives migratoires régionales en Amérique latine et dans les Caraïbes" (en anglais) du ICMPD et une discussion en direct sur la nouvelle action Costa Rica IV.

Quel était le sujet de l'événement ?

Au cours de la première partie du webinaire, le document "Perspectives migratoires régionales de l'ICMPD : Amérique latine et les Caraïbes (ALC)", qui prévoit les principaux développements pour l'année à venir dans la région ALC, a été présenté. Pendant la deuxième partie de l'événement, l'équipe MIEUX+ a présenté la nouvelle action en cours Costa Rica IV. L'événement était modéré par Alfred Woeger, Chef de projet senior, Initiative MIgration EU eXpertise (MIEUX+), et a vu la participation de Gustavo Corella de la Dirección General de Migración y Extranjería de Costa Rica (DGME) et Luis Walker Morera du Ministerio de Salud (MINSALUD) du Costa Rica.

Perspectives migratoires régionales de l'ICMPD pour l'Amérique latine et les Caraïbes

Rédigé en collaboration par un groupe de collègues de l'Unité de recherche, politique et stratégie et des Initiatives mondiales d'ICMPD, le 'Regional Migration Outlook' présente une brève analyse des tendances migratoires et politiques en Amérique latine et dans les Caraïbes (ALC) et prévoit les nouveaux développements à surveiller en 2021. Ces perspectives font partie d'une série de publications qui complètent les perspectives annuelles de l'ICMPD sur les migrations couvrant les tendances au niveau régional dans plusieurs zones géographiques hors Europe où l'ICMPD est actif. Télécharger la publication en Anglais, Espagnol ou Portugais.

En 2020, la pandémie de COVID-19 a provoqué une crise sanitaire mondiale d'ampleur historique et des perturbations des flux migratoires internationaux. Compte tenu de la crise en cours, 2021 sera une autre année difficile pour la politique migratoire de l'ALC. La pandémie elle-même et les mesures d'endiguement qui ont suivi dans les pays d'ALC ont entraîné la plus grave récession économique depuis plus d'un siècle, exercé d'énormes pressions sur les systèmes de santé publique, perturbé les chaînes alimentaires et d'approvisionnement, et affecté d'une manière ou d'une autre l'ensemble des canaux formels et informels établis pour la migration et la mobilité.

Cinq questions clés à surveiller en 2021

La publication identifie cinq questions clés tendances et évolutions pour l'ALC qui figureront en bonne place dans l'agenda des décideurs et des analystes.

  1. La poursuite du développement de la crise du COVID-19 à l'échelle régionale et mondiale

    La poursuite de la pandémie influencera le durcissement ou la levée des restrictions à la mobilité, déclenchera ou entravera les mouvements migratoires, et permettra aux économies de se redresser ou les enfoncera davantage dans la récession. Tout cela influencera largement l'ampleur et la direction des flux migratoires formels et informels en 2021.

  2. Augmentation de l'émigration en provenance du Venezuela

    La crise multidimensionnelle et le blocage politique du Venezuela ne seront très probablement pas résolus dans un avenir proche et se poursuivront en 2021. Il est prévisible que l'assouplissement des mesures de verrouillage conduira à une augmentation des flux migratoires du Venezuela vers les pays voisins, principalement au cours du second semestre de 2021. De nombreux Vénézuéliens qui sont rentrés dans le pays pendant la pandémie ont déclaré leur intention de quitter à nouveau le pays en 2021.

  3. "Les caravanes de migrants" mettent la pression sur la coopération politique dans la région

    Ce terme désigne les populations migrantes qui se déplacent en groupes plus importants et tentent de franchir conjointement les frontières afin d'atteindre la destination souhaitée, principalement les États-Unis. Bien que le phénomène ne représente qu'une petite fraction des migrants se déplaçant dans la région, il a gagné en pertinence en raison de sa grande visibilité et de l'attention du public. Leur grande visibilité est susceptible de susciter davantage d'inquiétude dans l'opinion publique au sujet de la migration irrégulière aux États-Unis, ce qui ferait pression sur la nouvelle administration pour qu'elle adopte une position plus dure en matière de migration.

  4. La reprise post-COVID-19 dans les principales régions de destination comme incitation à migrer davantage à l'étranger

    On s'attend à ce que les États-Unis et l'Europe parviennent à déployer leurs programmes de vaccination plus rapidement que les pays d'Amérique latine et des Caraïbes. Cela devrait se traduire par une reprise économique plus rapide et une augmentation de la demande sur le marché du travail. Conjointement à la levée des restrictions de voyage, cela pourrait encourager un nombre croissant de citoyens d'Amérique latine et des Caraïbes à tenter d'atteindre ces destinations par des voies régulières ou irrégulières.

  5. La montée de la xénophobie et du discours anti-immigration, alimentée par l'accroissement des inégalités

    La xénophobie à l'égard des migrants est en hausse dans de nombreux pays d'Amérique latine et des Caraïbes. Le discours anti-immigration se nourrit de la crainte d'une concurrence pour l'emploi et d'une augmentation de la criminalité. Il existe une forte perception selon laquelle la migration ne profite pas à l'économie nationale. La région ALC est confrontée à la plus grande récession du siècle dernier et a du mal à faire face à l'afflux important de populations migrantes, en particulier en provenance du Venezuela. Selon la Banque mondiale et le Fonds monétaire international, l'extrême pauvreté et les inégalités de revenus vont s'accroître en raison de la pandémie. Cela ne fera qu'alimenter la xénophobie et le discours anti-immigration. Les décideurs politiques d'Amérique latine et des Caraïbes doivent être prêts à garantir un discours plus équilibré sur la migration, en reconnaissant l'impact plus large que ce discours peut avoir sur la cohésion sociale, le soutien à la diversité, la croissance économique et l'innovation.

L'action Costa Rica IV

En 2020, le Ministère de la Gouvernance et de la Police du Costa Rica, par le biais de sa Direction Générale de la Migration et de l'Immigration, ainsi que le Ministère de la Santé du Costa Rica, ont demandé le soutien de MIEUX+ pour renforcer la réponse globale du Costa Rica pour protéger et aider les populations migrantes, en particulier pendant les crises, comme l'urgence COVID-19.

En collaboration avec les autorités costaricaines, MIEUX+ conçoit une série d'activités qui mèneront à un "Protocole d'assistance et de protection" sur mesure, complété par un cours de formation sur la santé et la migration et des directives. Ces deux résultats visent à renforcer les efforts du gouvernement costaricien en matière de gestion des migrations et d'assistance aux populations migrantes par le biais du développement des capacités.

Articles connexes

ICMPD Migration Outlook 2021 - Un premier regard sur les tendances clés et les scénarios post COVID-19 (site web ICMPD)