Dans cet article d'opinion, Oleg Chirita, Chef de programme, Initiatives mondiales, partage quelques bonnes pratiques et réussites des dix dernières années de mise en œuvre par l'ICMPD de MIEUX, le Dispositif de partenariats pour la mobilité ('Mobility Partnerships Facility') et le Dispositif mondial de l'UE pour les diasporas ('EUDiF'), afin d'informer une nouvelle génération d'outils qui seront essentiels pour une mise en œuvre efficace du nouveau Pacte européen sur la migration et l'asile. L'article est visible sur les trois sites web.


Le nouveau pacte européen sur la migration et l'asile vise à offrir un "nouveau départ" à un système qui gère et "normalise" les migrations. Dans l'introduction, la migration est présentée comme un "élément de l'histoire de l'humanité" qui apporte croissance, innovation et dynamisme social, une vision pleinement adoptée et promue par le programme d'initiatives mondiales de l'ICMPD.

Le pacte a été présenté comme une "maison à trois étages", dont l'un est entièrement consacré à la dimension extérieure : les partenariats et la diplomatie des migrations. Cet "étage" comprend des outils testés ainsi que de nouveaux instruments qui seront matérialisés dans les mois à venir. Afin de tirer le meilleur parti de ce nouvel élan et de cet enthousiasme pour traduire le pacte en action, nous devons tirer les leçons des expériences précédentes, tant des succès que des lacunes.

Je profite de cette occasion pour partager quelques bonnes pratiques et quelques réussites des dix dernières années de projets sur les migrations menés dans le cadre du programme d'initiatives mondiales de l'ICMPD. Ils pourraient servir de base à la nouvelle génération d'outils qui seront essentiels pour une mise en œuvre efficace du pacte.

Partenariats : une approche "éprouvée" plus ambitieuse

Le leitmotiv du "partenariat" a été placé au cœur de la dimension extérieure en 2005. Il a évolué au fil des ans et, dans le cadre du "nouveau départ" de ce pacte, l'intention est de forger et de poursuivre des "partenariats globaux, équilibrés et sur mesure".

L'évaluation indépendante de 2018 de plusieurs partenariats pour la mobilité dans l'UE, réalisée par l'université de Maastricht et commandée par le Dispositif de Partenariats pour la Mobilité (MPF) de la DG HOME-ICMPD, a révélé que, pour obtenir de meilleurs résultats, les futurs partenariats pour la migration devraient reposer sur un certain nombre de "facteurs de réussite" :

  • Des intérêts communs suffisants que toutes les parties prenantes peuvent poursuivre en collaboration.
  • Des objectifs clairs et bien définis, y compris une approche thématique équilibrée.
  • Adaptation constante au contexte local, vision et orientation stratégiques.
  • Des rôles clairement définis pour tous les acteurs concernés et une structure de gouvernance solide.
  • Des ressources suffisantes, des outils de suivi et d'évaluation.

Comme son titre l'indique, le Dispositif de Partenariats pour la Mobilité (MPF) devient encore plus pertinent à la lumière du Pacte, représentant un incubateur d'idées qui peut identifier, faire progresser et soutenir les partenariats, notamment sur le thème des partenariats de talents.  

La migration légale grâce aux partenariats de talents

Du point de vue des initiatives mondiales, il est stimulant de constater que le pacte européen sur les migrations propose des partenariats pour les talents afin de "stimuler la mobilité internationale".

Depuis 2018, le Dispositif de Partenariats pour la Mobilité a créé les bases et fait œuvre de pionnier dans la mise en œuvre de projets pilotes sur la migration légale, qui ont déjà permis d'établir des partenariats entre la Belgique, la France, la Lituanie et l'Espagne avec plusieurs pays d'Afrique du Nord, ainsi qu'avec le Nigeria. En tant que mécanisme de réaction rapide et flexible, le MPF est bien placé pour accompagner l'UE dans la conception et la mise en œuvre des partenariats pour les talents, à la fois par ses connaissances et ses idées novatrices et par son "moteur" opérationnel qui finance des partenariats sur la migration légale et la migration de main-d'œuvre.

Pour aller de l'avant, l'expérience du MPF suggère que les partenariats pour les talents devraient tenir compte des aspects essentiels suivants :

  • Combler le fossé et créer des liens entre les secteurs public et privé en répondant à leurs mandats, besoins, motivations, attentes et intérêts.
  • Se concentrer sur les compétences, le recyclage, l'amélioration des compétences et l'éducation.
  • Impliquer un large éventail d'acteurs (chambres de commerce, associations d'entreprises, diaspora, partenaires sociaux, etc.) des pays d'origine et de destination.
  • Assurer la flexibilité et l'adaptabilité aux partenariats et au sein de ceux-ci, en s'appuyant également sur la recherche, l'évolution du marché du travail, la dynamique du secteur privé, le suivi et l'évaluation.
  • Générer une cohérence institutionnelle et politique et des synergies entre divers secteurs et domaines de la politique de migration.
  • Construire des structures de gouvernance impliquant tous les acteurs concernés et destinées à arbitrer leurs intérêts.

Renforcement des capacités pour la coopération avec les pays partenaires

Il est encourageant de constater que dans le pacte, le renforcement des capacités est un élément important pour les politiques migratoires et les partenariats pour la gouvernance et la gestion des migrations. La vaste expérience de l'Initiative conjointe UE – ICMPD, MIgration EU eXpertise (MIEUX+), créée en 2008 pour rendre opérationnelle l'approche globale des migrations (et, plus tard, la mobilité), atteste que le renforcement des capacités est un outil approprié de coopération et de diplomatie des migrations.

MIEUX+ a appris que pour accroître son efficacité, le renforcement des capacités doit être un outil approprié de coopération et de diplomatie des migrations :

  • Être intégré dans les structures de gouvernance locale.
  • Inclure le plus grand nombre possible d'acteurs concernés (approche pangouvernementale et sociétale).
  • Cibler de multiples processus institutionnels (par exemple, élaboration des politiques, gestion des données).
  • Stimuler l'identification de solutions intersectorielles (cohérence des politiques) par le biais d'interactions entre pairs

MIEUX+ intègre ces enseignements dans chacune de ses actions et est bien adapté pour soutenir la mise en œuvre du Pacte européen sur la migration et l'asile en mobilisant ses connaissances uniques sur la manière de faire progresser et de maintenir les partenariats, d'élaborer des politiques et d'améliorer la gouvernance des migrations de manière équilibrée.

Reconnaissance du potentiel des diasporas, mais des actions plus décisives sont nécessaires

Comme le Pacte européen sur la migration entend être inclusif dans sa mise en œuvre, il est louable que le rôle des diasporas soit explicitement reconnu et que la mobilisation des diasporas soit considérée comme une étape concrète de la coopération.

Les consultations menées par la DG DEVCO-ICMPD dans le cadre Dispositif mondial de l'UE pour les diasporas (EUDiF) avec les organisations de diasporas dans différentes régions de l'UE offrent aux décideurs politiques des preuves solides sur la manière d'aider les diasporas à réaliser pleinement leur potentiel, à devenir des alliés plus proches et des partenaires plus forts pour mettre en œuvre le pacte. L'UE devrait :

  • Renforcer les capacités des organisations de diasporas (gestion, finances, institutions).
  • Investir dans les organisations faîtières, les plateformes et les réseaux.
  • Promouvoir et reconnaître le travail important de la diaspora.
  • Fournir à la diaspora des outils, y compris des technologies, pour optimiser leurs activités.
  • Soutenir les efforts des diasporas pour répondre aux crises, y compris COVID-19, dans le cadre des solutions et du redressement.

Lancés le 7 octobre 2020, les ‘EUDiF Capacity Development Labs’ et le ‘Diaspora Mobilisation Scheme’ représentent un point de départ indispensable pour maximiser le potentiel des diasporas dans le cadre du pacte. L'EUDiF s'efforce de catalyser et de générer des réseaux, des partenariats, des connaissances et des actions - autant d'ingrédients essentiels pour jeter des ponts entre les diasporas et les gouvernements et pour renforcer et mobiliser les diasporas, dans le cadre du pacte.

La migration contribue au développement

Une migration bien gérée est le fer de lance de la croissance et du développement humain et social, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur de l'UE. Conscient de ce fait, le pacte entend aider les pays partenaires à élaborer des politiques migratoires qui "fonctionnent bien" et une "gouvernance efficace des migrations". Pour ce faire, l'environnement favorable aux niveaux local, national et régional nécessite de nouveaux ajustements et améliorations fondés sur une "approche des 3 I" :

  • INSTITUTIONS - impliquant une participation inclusive, une gouvernance forte, une cohérence institutionnelle et politique, avec des règles d'engagement claires.
  • INTÉRÊTS - aborder les relations de pouvoir entre les acteurs, la compréhension et la gestion des attentes, des priorités et des besoins au sein des partenariats.
  • IDÉES - connaissances, valeurs, preuves, innovation, solutions, que les acteurs apportent aux partenariats.

En fin de compte, la réalisation des objectifs liés à la dimension extérieure de la migration et de l'asile dans le Pacte dépendra d'une mise en œuvre significative. Les partenariats doivent être pratiqués avec ambition, confiance et discipline.

J'encourage les praticiens à tenir compte des expériences éprouvées et innovantes du programme d'initiatives globales lorsqu'ils établissent de nouveaux partenariats ou renégocient les partenariats existants, tout en s'efforçant de développer les initiatives bien huilées qui offrent déjà des solutions, de la flexibilité, des réseaux et des échanges de connaissances. 


Les programmes d'initiatives mondiales de l'ICMPD

Dispositif mondial de l'UE pour les diasporas (en anglais : EU Global Diaspora Facility)

EU Global Diaspora Facility (EUDiF) est un projet pilote financé par la Direction générale de la coopération internationale et du développement (DG DEVCO) de l' Union européenne au titre de l'instrument de coopération au développement. Le projet se déroule de juin 2019 à fin 2022 et est mis en œuvre par le Centre international pour le développement des politiques migratoires (ICMPD).

MIgration EU eXpertise+

MIgration EU eXpertise+ (MIEUX+) est un projet financé par l’UE qui soutient les organisations régionales, les ministères nationaux, les autorités locales, les organes parlementaires, les acteurs judiciaires et les organisations de la société civile pour améliorer la gouvernance et la gestion des migrations et de la mobilité.

Dispositif de partenariats pour la mobilité (en anglais : Mobility Partnership Facility)

The Mobility Partnership Facility (MPF) est une initiative financée par l'UE qui contribue à l'approche globale sur la migration et la mobilité (GAMM). Le MPF vise à renforcer le dialogue et la coopération de l'Union européenne (UE) sur les questions de migration et de mobilité avec ses principaux pays partenaires dans ce domaine.

Pour plus d’informations :

Un nouveau pacte sur la migration et l’asile

Oleg Chirita's profile

(en anglais) ICMPD Expert Voice: VDL’s migration plan – The fine art of pleasing no-one

(en anglais) ICMPD Director-General: Understanding the new pact on Migration and Asylum as an opportunity