group photo mali FR

Renseignez-vous sur les derniers développements et les actions à venir dans l’Afrique de l’Ouest, région du monde où les interventions de MIEUX sont les plus importantes.

MIEUX et l'Afrique de l'Ouest

L’Afrique de l’Ouest est la région du monde qui regroupe le plus grand nombre d’actions MIEUX, 27 au total. La CEDEAO mais aussi 14 des 16 gouvernements que compte la région ont fait appel à MIEUX. Comme l’explique la Fiche d’information régionale Afrique de l’Ouest publiée cette année, la majorité des actions sont centrées sur l’élaboration de politiques migratoires, de législations, de stratégies ou de plans d’action des secteurs spécifiques de la migration, et surtout la migration irrégulière, la traite des êtres humains et la migration de travail.

Fin septembre, le Bénin a récemment accuelli le dernier rendez-vous de la série d’ateliers régionaux de partage des connaissances MIEUX dont l’objectif est d’extraire les bonnes pratiques et d’analyser l’impact des interventions MIEUX menées ces dix dernières années.

À côté de cet événement, deux actions menées respectivement au Mali et au Bénin méritent d’être mentionnées car d’un intérêt stratégique pour la gestion efficace et la gouvernance des migrations puisqu’elles sont consacrées à la migration de travail et à la migration environnementale.

Mali : Gérer la migration de travail

Durant la première semaine de septembre, l’équipe MIEUX s’est rendue à Bamako, Mali, pour finaliser le Manuel pour la gestion de la migration de travail, document clé de l’action MIEUX entamée en 2014 à la demande du ministère de l’Emploi et de la Formation professionnelle. Le Manuel servira à la formation des agents de l’Agence nationale pour l’Emploi (ANPE) ainsi que d’autres acteurs impliqués dans la gestion de la migration de travail au Mali, comme le ministère des Maliens de l’extérieur et de l’Intégration africaine, l’Institut national de statistiques (INSTAT) et l’Office français de l’Immigration et de l’Intégration (OFII).

Le Manuel servira de Lignes directrices opérationnelles pour l’ANPE, le ministère et d’autres acteurs et clarifiera tous les aspects de la migration professionnelle au Mali, par exemple, les questions liées au recrutement international et à la réintégration des migrants sur le marché du travail malien. Il s’inscrit également dans le cadre de la mise en œuvre de l’axe migration de travail de la Politique nationale pour la migration (PONAM) récemment adoptée par le Mali. Pour reprendre les mots de Romain Gustot, Chargé de projet MIEUX en charge de l’Action : 

« Le Ministre de l’Emploi nous a fait l’honneur de présider la séance d’ouverture de l’atelier ; réaffirmant ainsi la volonté politique du gouvernement malien de s’engager dans ce dossier. Plus de 15 entités différentes ont participé au projet, dépassant toutes nos attentes. Tous ont partagé leurs connaissances pointues du sujet et travaillé dans un esprit constructif à faire en sorte que ce manuel soit véritablement un outil précieux pour l’ensemble des institutions et agents concernés et pas seulement pour l’ANPE ».

Bénin : Migration et environnement

L’Afrique de l’Ouest est l’une des quelques régions du monde qui connaît une transformation radicale de ses habitats de population sous l’effet combiné du changement climatique et d’autres processus de dégradation environnementale. Montée du niveau des océans, salinisation des sols, inondations, sécheresses, désertification, intensification du régime des vents et vagues de chaleur ne sont que quelques-uns des nombreux phénomènes environnementaux qui transforment les moyens de subsistance locaux, menacent la sécurité alimentaire et alimentent les flux migratoires vers et en Afrique de l’Ouest.

Alors que les experts prédisent la poursuite de la dégradation environnementale sous l’effet du réchauffement climatique, il semble crucial de mettre en œuvre des cadres et des politiques qui ciblent le lien entre migration, environnement et changement climatique aux niveaux local, national et régional et, en particulier, le potentiel que les migrations représentent pour l’adaptation des personnes déplacées par les catastrophes naturelles.

À la demande conjointe du ministère de l’Environnement (Bénin), du Secrétariat d’État (Guinée-Bissau) et du ministère de la Planification, du Développement et de l’Aménagement du territoire (Togo), MIEUX aide depuis 2014 les trois entités à engager un dialogue et une consultation au niveau régional sur les questions mêlant migration, environnement et changement climatique, y compris les principes décrits dans le programme de protection de l’Initiative Nansen. Les activités réalisées à ce jour feront l’objet d’un bilan dans le cadre d’un Atelier de restitution et de capitalisation qui se tiendra à Cotonou, Bénin, à la fin du mois de septembre.

Cette approche conjointe rejoint les recommandations MIEUX en matière d’outils pour renforcer la gouvernance migratoire en Afrique de l’Ouest et pourrait servir de modèle en vue du déploiement d’une réponse régionale face à ce qui est désormais la première cause de déplacement et de migration forcés du 21e siècle.