Dans ce numéro de « Nos Experts », Blanca Sánchez Goyenechea, chef de l'Unité des procédures spéciales, Sous-direction générale pour la protection internationale du ministère espagnol de l'Intérieur, récemment déployée pour participer à l'Action Pérou IV, parle de la nécessité d'un échange de connaissances entre fonctionnaires et de la coopération interrégionale sur l'asile.

Selon vous, quels sont les principaux avantages des programmes de partage des connaissances entre fonctionnaires publics, tels que MIEUX ?

En tant que fonctionnaires d'une administration - qu'elle soit locale, régionale ou étatique - notre travail en tant qu'agents publics se limite généralement à un domaine d'action spécifique. Cela signifie que nous perdons parfois de vue les questions qui touchent la gestion publique à plus d'un niveau. Cependant, la plupart des questions d'actualité exigent aujourd'hui une approche beaucoup plus large pour trouver de nouvelles solutions à des problèmes récurrents, non seulement à notre niveau de travail, mais aussi à l'extérieur de notre pays.  La gestion des flux migratoires et la mise en place de procédures garantissant l'octroi du statut de réfugié à ceux qui subissent des persécutions au sens de la Convention de Genève de 1951 est, sans aucun doute, l'un des principaux défis auxquels sont confrontées les administrations sur tous les continents et à tous les niveaux.

En ce sens, participer à un programme MIEUX est l'occasion idéale de mettre de côté cette vision partielle des problèmes et, à travers l'échange actif d'expériences et l'établissement de points de contact entre les fonctionnaires des différentes administrations, contextes et latitudes, de voir les leçons tirées et réviser les erreurs de ceux qui ont déjà dû affronter de tels défis.

Sur le plan professionnel, qu'est-ce que votre participation à ce programme vous a apporté ?

Ma participation à des rencontres avec les principaux acteurs de la politique d'asile péruvienne m'a permis de connaître de première main les problèmes auxquels ils sont confrontés, un peu comme ceux que nous connaissons en Espagne avec l'augmentation exponentielle des demandes de protection internationale ces dernières années, ainsi que les solutions que les autorités péruviennes proposent pour le court, moyen et long termes.

D'autre part, j'ai trouvé très intéressant d'exposer la pratique espagnole à un public qui, en principe, lui est étranger. Leurs questions, appréciations ou commentaires sont souvent liés à des aspects du système qui sont tenus pour acquis par ceux d'entre nous qui travaillent quotidiennement sur le sujet, alors qu'il serait peut-être aussi souhaitable de s'arrêter et d'y réfléchir.

Enfin, les réunions et le séminaire ont fait apparaître la volonté de collaborer sur des points d'intérêt commun, tels que l'échange d'informations sur les pays d'origine.

Parmi tout ce que vous avez vu pendant votre séjour auprès des autorités péruviennes, qu'est-ce qui vous a le plus impressionné dans la façon dont elles gèrent les flux de migrants et de demandeurs d'asile vénézuéliens ?

Personnellement, j'ai été très impressionnée par le fait qu'un si grand nombre de demandes d'asile sont reçues chaque jour et qu'elles permettent pourtant d'identifier les profils les plus vulnérables afin de leur accorder le statut de réfugié le plus rapidement possible. Ceci est certainement influencé par la qualité professionnelle de l'équipe du Secrétariat Exécutif de la Commission Spéciale pour les Réfugiés, dont les membres présentent des profils très intéressants - psychologues, traducteurs, internationalistes, juristes... - mais aussi par leur vision pragmatique de gérer un flux migratoire soudain tout en préservant le bien-être et les besoins spécifiques des candidats.

Comment les enseignements tirés par l'administration espagnole peuvent-ils être extrapolés au contexte péruvien ?

Certaines des principales préoccupations exprimées par l'administration péruvienne concernent l'arrivée des demandeurs d'asile par voie aérienne, l'absence d'une procédure claire et garantie pour statuer sur leur demande avant de les autoriser à entrer dans le pays et le manque d'espace à l'aéroport international Jorge Chávez pour leur permettre de rester pendant tout le processus.

En ce sens, l'examen des demandes d'asile présentées aux postes frontières par des demandeurs qui ne remplissent pas les conditions d'entrée dans le pays est une procédure prévue par la législation espagnole et qui, d'un point de vue administratif, peut être parfaitement intégrée au système péruvien d'asile. En outre, la construction d'un nouveau terminal à l'aéroport de Lima représente une énorme opportunité d'intégrer des séjours appropriés pour que les demandeurs puissent y séjourner tout en décidant de l'admission de leur demande de traitement et, partant, de leur entrée régulière dans le pays.

D'autre part, l'expérience acquise dans la ville autonome de Melilla, située à la frontière terrestre entre l'Espagne et le Maroc, peut être utile pour le poste frontière avec la Colombie, en particulier dans des domaines tels que les tests ADN pour établir le lien de filiation des mineurs et de leurs proches sans doutes de sexe ou la détection précoce des victimes de la traite.

La dimension interrégionale dans la gestion des flux migratoires est de plus en plus pertinente, quelle est son importance pour les questions de protection internationale ?

Dans le cas de la protection internationale, cette dimension interrégionale joue également un rôle fondamental. En fin de compte, il s'agit de déplacements humains où la localisation du lieu d'origine d'un demandeur empêche rarement ce dernier de se rendre sur un autre continent en passant par plusieurs pays de transit. De plus, dans ce type de rencontre entre fonctionnaires, on prend pleinement conscience que les problèmes et les difficultés générales que pose la gestion de la politique d'asile dans une administration sont très semblables à ceux des autres, sans ignorer les particularités et les idiosyncrasies de chaque Etat. Malheureusement, cependant, nous sommes encore loin d'envisager sérieusement une gestion intégrale de cette question au niveau régional, et encore moins au niveau interrégional.

Quelles premières mesures pourraient être prises ou quelles mesures seraient nécessaires pour progresser vers une gestion intégrée de la protection internationale au niveau régional ou interrégional ?

À mon avis, pour progresser dans la gestion globale de la protection internationale au niveau régional ou intrarégional, il faudrait rapprocher davantage les critères de traitement des demandes et les avantages liés au statut de demandeur d'asile ou de réfugié. Ainsi, les personnes ayant besoin de protection n'opteraient pas pour l'un ou l'autre pays de refuge en fonction de celui qui leur offrirait le plus de possibilités d'obtenir une solution favorable ou de se maintenir économiquement pendant l'examen de leur cas. D'autre part, il serait souhaitable de renforcer la coopération avec les pays qui, en raison de leurs spécificités géographiques, sont soumis à de fortes pressions migratoires, soit en raison d'une situation soudaine (comme l'afflux de Vénézuéliens au Pérou) soit en raison de problèmes plus structurels (Espagne, Italie ou Grèce). Ces approches sont présentes dans l'Union européenne et devraient être discutées au cours de ce nouveau mandat politique, qui démontre que, s'il existe une réelle volonté de mettre en œuvre des politiques de collaboration en matière de migration, elle ne doit pas être considérée comme une utopie.